•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault ne craint pas de perdre l’adhésion des Québécois

François Legault lève la main alors qu'il parle.

Le premier ministre François Legault défend les récents changements dans certaines directives de santé publique.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Au lendemain d’une volte-face sur l’obligation qu’il avait imposée de porter un masque pour pratiquer des activités à l’extérieur, le premier ministre du Québec estime que cet ajustement n’affectera pas le respect des mesures sanitaires en place par ses concitoyens.

Lors d’un point de presse convoqué pour apporter des précisions sur l’assouplissement qu’il a annoncé hier sur son compte Facebook, François Legault s’est dit convaincu que les Québécois savent qu’il agit dans leur intérêt.

Je pense que la majorité des Québécois comprennent [...] J’ai essayé d’expliquer correctement toutes les mesures en place, s'est défendu le premier ministre, en précisant que la nature très changeante de cette pandémie l'oblige à corriger le tir de temps à autre.

Je crois que les Québécois voient que je fais de mon mieux.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

Depuis plusieurs jours, son gouvernement essuie le feu de l’opposition et de nombreuses critiques après un resserrement important des mesures sanitaires dans les régions les plus touchées par les variants de la COVID-19.

Le rétablissement du couvre-feu à 20 h dans les grandes villes, notamment Montréal, Laval, Québec et Gatineau, n’est pas bien passé dans l’opinion publique. La multiplication des manifestations de désobéissance civile contre le couvre-feu à 20 h ces derniers jours est le signe d'un malaise grandissant dans la population.

À cela s'ajoutent d'autres mesures touchant le port du masque qui ont fait déborder le vase, dont l’obligation de le porter en permanence au travail, de le porter à l’extérieur en présence de personnes qui ne font pas partie d’une même bulle familiale ou encore l'obligation pour les couples qui ne vivent pas à la même adresse de porter un masque lorsqu'ils se trouvent ensemble à l'extérieur.

Gros bon sens

Constatant qu'il était peut-être allé trop loin et le défi que représente l'application de telles règles, le gouvernement a senti le besoin de corriger le tir en évoquant le gros bon sens qui doit prévaloir dans l'application des règles sanitaires.

Quand nous devons faire des ajustements, je les fais très rapidement. Je ne suis pas parfait, comme tous les Québécois.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

Mercredi, François Legault a annoncé qu'il reculait sur le resserrement annoncé cette semaine concernant le port du masque à l'extérieur. Celui-ci sera désormais limité aux situations où il peut être difficile de respecter en tout temps la distance de deux mètres avec des personnes qui n’habitent pas avec nous.

Dans son message sur Facebook, le premier ministre du Québec précisait que lors d'activités comme le golf ou le tennis, ou encore lorsque des gens sont assis à bonne distance dans un parc, le port du masque ne sera donc pas nécessaire.

Quand on joue au golf ou au tennis, on est capable de rester à deux mètres. On me dit même que dans les voiturettes de golf qu’il y a des plastiques entre les deux places […] Bref, quand on est capable de respecter le deux mètres, on n’a pas besoin de porter un masque, a tenu à préciser le premier ministre Legault.

On a fait des exceptions dans les maisons. Par exemple, les couples qui ne vivent pas ensemble peuvent se voir à l’intérieur. Donc c’est assez évident que s’ils peuvent se voir à l’intérieur, bien c’est évident qu’ils n’ont pas besoin de porter de masque s’ils sont ensemble à l’extérieur, a-t-il poursuivi.

Je veux dire aux Québécois que si vous n’êtes pas certains, portez le masque. Soyez prudents. Le variant britannique est très contagieux.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

Accusé par l'opposition de gouverner sur Facebook, le premier ministre Legault a défendu sa décision de recourir aux réseaux sociaux pour faire cette annonce en déclarant : c’était une question de rapidité. Je n’avais pas de point de presse de prévu hier.

Plutôt que d’attendre à ce matin pour annoncer ces assouplissements, François Legault a estimé qu’il était plus judicieux de lancer l’information dès mercredi sur les réseaux sociaux et d’y apporter des précisions le lendemain en point de presse.

En ce qui a trait au faible achalandage des cliniques de vaccination sans rendez-vous observé ces derniers jours notamment à Montréal, le premier ministre préfère voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide.

Je ne suis pas d'accord avec vous, a-t-il lancé à une journaliste qui l'interrogeait à ce sujet.

Quand on regarde les faits, hier [mercredi] on a eu 67 700 vaccinations, dont 19 000 avec l’AstraZeneca [réservé pour la vaccination sans rendez-vous]. Moi, je suis très satisfait des résultats […] et pas mal toutes les régions sont rendues au même niveau, a fait remarquer François Legault.

Il n’empêche qu’une baisse d’activité est observée ces derniers jours dans plusieurs centres de vaccination, notamment dans la région de Montréal.

Selon les plus récentes données de la santé publique, 2 145 925 doses de vaccin contre la COVID-19 ont été inoculées au Québec jusqu'à maintenant, ce qui correspond à 25,2 % de la population.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !