•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les écoles publiques d’Edmonton songent aussi à l’apprentissage en ligne

Environ 900 élèves et membres du personnel des écoles publiques d’Edmonton sont en isolement.

Une classe vide remplie de pupitres.

La propagation des cas de COVID-19 parmi les 5 à 19 ans inquiète certains parents et éducateurs.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Alors que les élèves de la 7e à la 12e année des écoles anglophones de Calgary se préparent à revenir à l’apprentissage en ligne, le Conseil scolaire public d'Edmonton se demande s’il ne devrait pas faire la même chose.

Mercredi, le Conseil scolaire public d’Edmonton (EPSB) comptait près de 900 personnes en isolement en raison de possibles expositions à la COVID-19. Environ 27 classes se sont retrouvés sans enseignant, en raison d’une pénurie de remplaçants.

Le surintendant de l’EPSB, Darrel Robertson, dit que l’idée de faire une transition vers les cours en ligne pour les élèves du secondaire devrait être sérieusement étudiée.

Le nombre de cas de COVID-19 a considérablement augmenté dans les écoles de l’EPSB au cours de la dernière semaine, selon lui.

La présidente de l’EPSB, Trisha Estabrooks, précise qu’il y avait tout de même davantage de cas et de personnes en isolement l’automne dernier. Elle s’inquiète toutefois des taux de propagation actuels et de la domination des variants dans la province.

Le rythme de croissance des variants qu’on voit dans nos écoles [...] porte à croire que nous pourrions rapidement être dans une situation où nous allons devoir nous tourner vers un [ scénario d’apprentissage en ligne], dit-elle.

Le Conseil scolaire catholique d’Edmonton quant à lui, signalait mercredi qu’environ 1000 de ses élèves et membres du personnel étaient en isolement. Il n’a pas répondu directement à une question sur la possibilité d'une transition vers l’apprentissage en ligne.

Moins de cas à Edmonton

Mercredi, la ministre de l’Éducation, Adriana LaGrange, a accepté la requête des conseils scolaires public et catholique de Calgary de passer à l’apprentissage en ligne pour les élèves de la 7e à la 12e année. Elle dit que ce sont les seuls conseils scolaires à avoir fait cette demande.

Selon les données du 14 avril, Calgary compte près de deux fois plus de cas actifs de COVID-19 qu’Edmonton. À Calgary, 77 écoles ont des éclosions, et 62 autres recensent entre 2 et 4 cas. Edmonton dénombre 13 écoles ayant des éclosions et 31 qui ont entre 2 et 4 cas.

Des parents prennent les devants

Dans l’ensemble de la province, la propagation s'accélère toutefois, surtout chez les jeunes. Le taux de cas chez les 5 à 19 ans est plus élevé que jamais.

Certains parents ont déjà décidé de garder leurs enfants à la maison si des cas se déclarent dans leur école.

C’est ce qu’a fait Nicole Barker, dont la fille, Lily, est en première année à l’École Holyrood, à Edmonton. 

La semaine dernière, trois personnes fréquentant son école ont été déclarées positifs, et 55 autres ont été placées en isolement.

Nicole Barker a décidé de garder Lily à la maison pour une semaine.

Il y a une crainte que ma fille contracte la COVID-19 et la ramène dans la maison, explique-t-elle.

L’EPSB dit que seulement 26 % de ses élèves se sont inscrits à l’apprentissage en ligne plutôt qu’en personne au dernier trimestre. C’est le nombre le plus bas depuis le début de la pandémie. Toutefois, quelque 300 élèves ont fait une demande tardive pour suivre leurs cours à distance après mars.

Le Conseil scolaire catholique d’Edmonton ne permet pas aux parents et aux élèves de changer d’idée chaque trimestre. Ces derniers devaient choisir entre les cours en personne ou en ligne à l’automne.

D'après les informations de Janet French

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !