•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les immigrants seraient peu nombreux à se faire vacciner

Un homme se fait vacciner par une infirmière.

Le Service d'aide aux Néos-Canadiens partage de l'information sur la vaccination aux différentes communautés immigrantes de l'Estrie.

Photo : Len Wagg / Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

Radio-Canada

Les immigrants seraient moins nombreux à se présenter dans les centres de vaccination, selon des observations rapportées à la santé publique. Cela serait dû, selon le Service d'aide aux Néo-Canadiens, à leur moyenne d'âge, qui est relativement jeune.

Le directeur de la santé publique de l'Estrie, le Dr Alain Poirier, a fait cette remarque lors de son point de presse, mercredi, tout en invitant ces personnes à venir se faire vacciner.

Est-ce qu'on n'est pas assez bon pour les rejoindre? Par les organismes communautaires, les associations, les villes? Sherbrooke n'est pas une ville si multiethnique que ça, mais quand même, on a plein de gens et on ne les voit pas dans les centres.

Une citation de :Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique de l'Estrie

Le docteur Poirier a toutefois précisé qu'il se basait uniquement sur des observations faites par du personnel oeuvrant dans les centres de vaccination, et non sur des données fiables.

Le CIUSSS souligne tout de même qu'il va tenter de joindre les communautés culturelles là où elles vont, en misant sur diverses stratégies.

Il souligne entre autres la collaboration avec des partenaires, des services d'aide aux immigrants et des commerces de quartier. De plus, le CIUSSS souligne qu'il veut diffuser les consignes en plusieurs langues et proposer de se rendre dans un centre sans rendez-vous pour éviter l'inscription en français.

Une moyenne d'âge de 50 ans et moins chez les immigrants

Le Service d'aide aux Néo-Canadiens, qui a pour mission d'accueillir les personnes immigrantes en Estrie, rappelle que la majorité des immigrants ne font pas partie des groupes d'âge visés par la vaccination contre la COVID-19, jusqu'à présent.

Les personnes immigrantes que nous appuyons, en général, ce sont des familles jeunes avec des enfants. Elles sont âgées de 50 ans et moins. C'est sûr qu'il y a des personnes qui peuvent avoir plus de 50 ans, quand il s'agit de regroupements familiaux ou de faire venir des parents, mais ce n'est pas la majorité.

Une citation de :Mercedes Orellana, directrice générale du Service d'aide aux Néo-Canadiens

De plus, les aînés qui sont issus de l'immigration et qui vivent en résidence ou en CHSLD ont déjà reçu le vaccin, selon Mercedes Orellana, et ne vont pas dans les centres de vaccination.

Transmission de l'information en plusieurs langues

Pour assurer que les immigrants reçoivent les informations de la santé publique, le Service d'aide aux Néo-Canadiens fait entre autres appel à des interprètes pour diffuser l'information dans diverses langues. Les immigrants, comme l'ensemble de la population, peuvent avoir des craintes à ce sujet, souligne Mercedes Orellana.

On est en contact avec des personnes qui parlent une trentaine de langues.

Une citation de :Mercedes Orellana, directrice générale du Service d'aide aux Néo-Canadiens

Depuis le début de la pandémie, Mercedes Orellana note qu'il y a une baisse significative des immigrants qui font leur arrivée en Estrie. Ils ont recommencé à s'établir en Estrie en novembre dernier, au compte-gouttes.

Les délais pour les procédures d'immigration se sont par ailleurs allongés partout au pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !