•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Syrie rejette un rapport sur l'utilisation d'armes chimiques en 2018

Des enfants évacués en Syrie.

La ville de Saraqeb a fait l'objet de violents combats depuis le début des années 2010.

Photo : Getty Images / Aaref Watad

Agence France-Presse

La Syrie a vivement rejeté mercredi le rapport de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) ayant établi l'usage par l'armée syrienne d'armes chimiques en 2018 dans une ville alors tenue par l'opposition. Elle déplore des « conclusions infondées et fabriquées ».

Lundi, l'OIAC avait annoncé au terme d'une enquête que l'armée de l'air syrienne avait utilisé du chlore lors d'une attaque sur la ville de Saraqeb en 2018.

L'équipe d'identification et d'enquête de l'OIAC a conclu que des unités de l'armée de l'air arabe syrienne ont utilisé des armes chimiques le 4 février 2018 à Saraqeb, à une cinquantaine de kilomètres au sud d'Alep, avait déclaré l'organisation basée à La Haye dans un communiqué.

La Syrie condamne dans les termes les plus forts [...] le rapport [...] et nie catégoriquement l'utilisation de gaz toxique dans la ville de Saraqeb ou dans toute autre ville ou village syrien, a indiqué mercredi le ministère syrien des Affaires étrangères dans un communiqué relayé par l'agence officielle Sana.

Le rapport de la soi-disant "équipe d'identification et d'enquête" sur l'incident présumé de Saraqeb [...] comporte des conclusions infondées et fabriquées, ajoute-t-il.

Il s'agit d'un autre scandale de l'OIAC et de ses équipes d'enquête, qui vient s'ajouter à celui du faux rapport [...] sur l'incident de Douma, a dit la diplomatie syrienne en référence à un rapport de l'OIAC publié en mars 2019 attestant d'une attaque au chlore en avril 2018 sur cette ville dans la banlieue de Damas ayant fait des dizaines de morts.

Le gouvernement syrien a toujours nié toute implication dans des attaques chimiques, affirmant avoir remis tous ses stocks d'armes chimiques sous supervision internationale après un accord conclu en 2013 et évoquant des mises en scène visant à accuser le régime.

Lundi, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a indiqué condamner fermement le recours aux armes chimiques.

Le recours à ces armes par le régime syrien, documenté et irréfutable, est inacceptable, avait pour sa part déclaré dans un communiqué le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, soulignant qu'une réponse appropriée devait être apportée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !