•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une baleine à bosse blessée nage dans les eaux de Vancouver

Une baleine à bosse avec une coupure profonde.

La baleine à bosse blessée a été observée dans les eaux de Vancouver cette semaine.

Photo : Offerte par Vanessa Prigollini

Radio-Canada

Des chercheurs et des défenseurs de l'environnement exhortent les plaisanciers à ralentir et à donner suffisamment d'espace à une baleine à bosse blessée qui visite régulièrement les eaux de Vancouver depuis quelque temps.

Jessica Scott, biologiste à l'Ocean Wise Conservation Association, dit que la baleine a été repérée il y a trois jours avec une profonde coupure sur sa queue. Selon elle, la blessure semble avoir été causée par un navire se déplaçant à une vitesse relativement faible.

L’organisme rappelle aux plaisanciers de ralentir à moins de 7 nœuds lorsqu'ils se trouvent à moins de 1000 mètres d'une baleine et de lui laisser un espace minimum de 100 mètres.

Mme Scott explique que les bosses à bosse sont particulièrement vulnérables aux collisions avec les navires, car elles présentent des schémas de déplacement aléatoires, restent parfois sous l'eau pendant plus de 15 minutes et ont tendance à se nourrir à la surface de l'eau.

La baleine à bosse blessée a été vue à plusieurs reprises dans les eaux au large du quartier de Point Grey depuis début avril. Le 11 avril, un membre d'équipage d'un navire d'observation des baleines a photographié l'animal avec une profonde lacération derrière sa nageoire dorsale.

La baleine à bosse est une espèce au statut considéré comme préoccupant en vertu de la Loi sur les espèces en péril du Canada, même si elles se portent mieux depuis les dernières décennies.

Mme Scott précise que la baleine semble également avoir des cicatrices associées à un enchevêtrement avec des engins de pêche. Les chercheurs pensent que l'animal peut se remettre de sa blessure si les gens gardent leurs distances.

La biologiste souligne que les plaisanciers doivent surveiller les signes de présence de baleines, comme des souffles, des éclaboussures ou des rassemblements d'oiseaux.

Elle indique que Pêches et Océans Canada surveille la baleine, mais qu'une intervention n’est pas prévue.

Jessica Scott exhorte les gens à télécharger l'application Ocean Wise WhaleReport pour informer l'organisation des observations de baleines, qui peuvent ensuite être transmises aux grands navires commerciaux de la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !