•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de pôle commercial et industriel fait réagir à Saint-Élie

L'hôtel de ville de Sherbrooke.

L'hôtel de ville de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Radio-Canada

Un projet de pôle commercial et industriel aux abords de l'autoroute 10, dans le secteur de Saint-Élie, fait réagir. Une quinzaine de citoyens disent avoir des craintes devant la modification au schéma d'aménagement demandée par le Groupe Laroche, propriétaire des terrains visés.

La citoyenne Audrey Ayotte-Lavoie fait partie des résidents inquiets. Ses préoccupations ont été partagées avec le conseil municipal de Sherbrooke lundi soir. Elle dit avoir des inquiétudes quant à la sécurité des enfants et au bruit qu’un tel projet pourrait générer. L’aménagement pourrait, selon elle, entraîner une diminution de la qualité de vie dans le secteur, notamment sur les rues des Perles et Athéna.

Ce que le promoteur voulait, c’était de changer une partie de l’usage qui était résidentiel pour le mettre en industriel-commercial, parce qu’on est sur la façade de l’autoroute et qu’en 2021, faire des maisons et des appartements près d’une autoroute, c’est moins l’idéal, admet Vincent Boutin, conseiller municipal et président du Comité consultatif d'urbanisme.

C’est majeur. On est conscient en tant que Ville de l’ampleur du projet, et que ça amène aussi son lot de questions.

Une citation de :Vincent Boutin, conseiller municipal et président du Comité consultatif d'urbanisme

Le conseiller municipal reconnaît que les craintes des citoyens sont totalement légitimes, notamment en ce qui concerne la cohabitation entre les usages résidentiels et l’usage commercial et industriel qui est visé. Les citoyens se disent également inquiets des arbres qui pourraient être coupés dans le secteur. Cela aurait le potentiel, selon eux, d'accentuer les bruits d’autoroute qui parviennent chez eux.

Un rapport de consultation déposé au conseil municipal du 12 avril invite d’ailleurs à la prudence. À l’heure actuelle, la Ville de Sherbrooke est déjà aux prises avec plusieurs dossiers de cohabitation difficile entre usages résidentiels et usages industriels. Il faut éviter de créer une nouvelle situation préjudiciable à des usages résidentiels bien établis, mentionne l’urbaniste coordonnatrice responsable du rapport.

Démarche de concertation avec les citoyens

Vincent Boutin rapporte que le promoteur a tendu la main aux citoyens pour mettre en place un groupe de travail qui verra avec eux comment chaque irritant peut être abordé dans un esprit de collaboration.

Il rappelle par ailleurs que le projet est sur la table depuis une dizaine d’années. Un tel projet ne se fera pas en un an. Ça pourrait prendre de 5 à 10 ans, concède-t-il.

Le vice-président du groupe Laroche, Éric Laroche, a décliné la demande d’entrevue de Radio-Canada. Il a toutefois précisé par courriel qu’il discutera avec les médias après la démarche de concertation avec le voisinage.

Avec les informations de John Sébastien Naïs et Thomas Deshaies

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !