•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan est la province qui pollue le plus par habitant au Canada

Un tracteur dans un champ.

En 2018, le secteur agricole a représenté près d'un quart des émissions des gaz à effet de serre de la Saskatchewan.

Photo : getty images/500px plus / Dusan Kostic / 500px

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral a publié ce mois-ci une mise à jour de l'inventaire national des gaz à effet de serre 2021 et la Saskatchewan figure en haut du classement en ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre rapportés par habitant.

Dans les faits, la province abrite 3 % de la population totale du Canada, mais produit 10 % des émissions polluantes du pays.

De plus, la province a vu ses émissions augmenter de 10 % entre 2005 et 2019. À l’opposé, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick s’en sortent mieux avec une baisse de plus de 30 % des émissions dans les 2 provinces.

Le chef de l’opposition néo-démocrate, Ryan Meili, a critiqué mardi le manque d’action du gouvernement de Scott Moe.

Le gouvernement ne croit pas au changement climatique ou alors il s’en moque parce que rien n’a été fait pour faire baisser nos émissions, déplore le chef du Nouveau Parti démocratique.

En 2018 en Saskatchewan, la hausse des émissions était due en grande partie à l’industrie des hydrocarbures, mais également à l’agriculture. D'ailleurs, ce secteur représentait 24 % des émissions totales de la province cette année-la.

Cependant, le président de l'Association des producteurs agricoles de la Saskatchewan (APAS), Todd Lewis, soutient qu’il n’y a rien d’anormal, car la Saskatchewan est un important producteur agricole.

Oui, nous produisons le plus de gaz à effet de serre par habitant, mais nous sommes aussi les plus grands exportateurs de lentilles, pois et d’huile de canola, explique M. Lewis. Nous en produisons plus par habitant que toute autre subdivision administrative dans le monde.

Le président de l’APAS affirme que le secteur agricole veut en faire plus pour réduire ses émissions de gaz dans les prochaines années.

Toutefois, M. Lewis estime que la taxe sur le carbone reste une épine dans le pied des agriculteurs pour atteindre cet objectif de neutralité.

Avec les informations de Karolina Rozwadowski

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !