•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dossier du gaz de schiste refait surface à Bécancour

Un puits de gaz de schiste

Un puits de gaz de schiste

Photo : Radio-Canada

Pascale Langlois

Un groupe de citoyens de Bécancour s’inquiète des activités de lobbyisme de l’entreprise Ressources Utica. Les mandats déclarés au registre des lobbyistes comprennent des représentations auprès du gouvernement provincial en lien avec des projets de géothermie et de gaz naturel que l’entreprise qualifie de carboneutre.

Le Comité de citoyens responsables de Bécancour est préoccupé notamment de voir que l’entreprise souhaite apporter des modifications à la Loi sur l’exploitation des hydrocarbures qui pourraient éventuellement ouvrir la porte à l’exploitation du gaz de schiste à Bécancour.

Ces gens-là ont acheté des compagnies, ils ont l’intention, j’imagine, de faire des profits avec ou d’obtenir des subventions, affirme Nicole Racine, porte-parole pour le Comité de citoyens responsables de Bécancour.

Elle s’inquiète que les citoyens et les politiciens baissent la garde face à l’exploitation du gaz de schiste et que Québec subventionne les projets de Ressources Utica. Tout le monde pense que les gaz de schistes, c’est réglé. Les gens se souviennent tout le temps de ce mot: moratoire. Sauf que le moratoire n’a jamais été officialisé, constate-t-elle. Nicole Racine ajoute que le moratoire concerne les gaz de schistes et se questionne sur son application si du gaz est trouvé plus profondément dans la terre.

Un projet de géothermie

Pour le moment, Ressources Utica voudrait démarrer un projet-pilote de géothermie profonde à partir des anciens puits d’exploration creusés pour l'exploration du gaz de schiste à Bécancour. L’entreprise espère obtenir du financement de Québec pour les recherches associées à ce projet.

Or, selon l’ingénieur en géologie appliquée Marc Durand, les conditions nécessaires à un projet de géothermie rentable ne sont pas réunies. Il estime que la source doit être relativement en surface et contenir de l’eau pour offrir suffisamment d’énergie thermique, ce qui ne serait pas le cas à Bécancour. Selon son estimation, il faudrait creuser à environ 3000 mètres en plus d’injecter de l’eau pour créer de la vapeur.

Un test pour la Loi sur les hydrocarbures

Les inquiétudes du Comité de citoyens responsables de Bécancour demeurent hypothétiques. Le maire suppléant s'appuie sur la Loi sur les hydrocarbures, qui en régit l’exploration et l’exploitation. Il continue de s’opposer à la fracturation hydraulique sur le territoire de la ville.

Une filière de Ressources Utica, Gaspé Énergies, a entamé l'automne dernier une contestation de la décision du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, de refuser l’autorisation pour l’exploration d’hydrocarbures à moins de 1000 m d’un milieu hydrique sur le site Galt, près de Gaspé.

Dans sa défense, Gaspé Énergies soutient que le ministre a outrepassé son pouvoir en omettant les recommandations des fonctionnaires et de sa sous-ministre. Les groupes environnementaux craignent qu’une décision en faveur de Gaspé Énergies vienne ébranler la Loi sur les hydrocarbures adoptée en 2018 et ouvre de nouveau la porte à l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste, notamment dans les Basses-terres du Saint-Laurent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !