•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le député de Pontiac, William Amos, « nu » lors de la période de questions à Ottawa

William Amos lors d'un débat dans le studio radio de Radio-Canada avec les autres candidats dans la circonscription.

Le député de la circonscription de Pontiac, William Amos (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le député libéral de Pontiac, William Amos, a été surpris dans son plus simple appareil lors de la période de questions à Ottawa mercredi.

Le député fédéral, élu depuis 2015, est apparu à l'écran des députés flambant nu.

Une capture d'écran obtenue par La Presse canadienne le montre debout, le sexe caché par son téléphone, entre les drapeaux du Canada et du Québec dans ce qui semble être son bureau.

La whip du Bloc québécois, Claude DeBellefeuille, s'en est plainte immédiatement après la période de questions, sans nommer le député.

Elle a rappelé que le président de la Chambre des communes a répété à de nombreuses reprises, depuis le début de la pandémie, l'importance de respecter le décorum et le code vestimentaire.

Je pense qu'aujourd'hui on a battu un record puisque, lors de la période des questions orales, on a pu voir un député dans son plus simple habit, c'est-à-dire nu. Il faut peut-être rappeler aux députés, surtout masculins, que la cravate et le veston sont obligatoires, mais aussi le chemisier, le caleçon ou le pantalon, a-t-elle fait remarquer.

C'est un petit rappel à l'ordre. [...] Mais je pense qu'il faut rappeler aux députés de faire attention et de bien contrôler sa caméra.

Une citation de :Claude DeBellefeuille, whip du Bloc québécois

Le président, Anthony Rota, a par la suite remercié la députée pour ses observations et a précisé qu'il n'avait pas vu la scène.

Je me suis informé auprès des techniciens et ils ont effectivement vu quelque chose. J'aimerais donc rappeler aux députés d'être toujours vigilants lorsqu'ils sont proches d'une caméra et d'un microphone, a indiqué le président Rota.

En fin de journée, le député a présenté ses excuses, dans une réponse envoyée par courriel.

C'était une erreur malheureuse. Ma vidéo a été allumée accidentellement alors que je me changeais en vêtements de travail après avoir fait du jogging. Je m'excuse sincèrement auprès de mes collègues de la Chambre des communes pour cette distraction involontaire. De toute évidence, c'était une erreur honnête et cela ne se reproduira pas, a-t-il déclaré.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.