•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouveaux barrages à l’étude entre le Québec et l’Ontario

Des policiers discutent avec des automobilistes sur une voie réservée.

Barrage routier à la sortie du pont Champlain à Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada

L’idée ne fait pas encore l’unanimité, mais le retour des barrages routiers entre Ottawa et Gatineau est une des mesures envisagées pour endiguer la propagation de la COVID-19.

En entrevue avec LCN, mardi, la directrice régionale de santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, a jeté un pavé dans la mare.

Je ne dirais pas qu’il faudrait carrément fermer la frontière, mais il y a certainement un contrôle à faire avec l’Ontario, a-t-elle lancé.

Une perspective qui, dans la région, rappelle de proches souvenirs. Il y a un an, au tout début du mois d’avril, des points de contrôle étaient installés pour limiter les déplacements entre Ottawa et Gatineau.

La situation pandémique actuelle pourrait justifier le retour de telles mesures, reconnaît la Dre Brigitte Pinard, directrice de la santé publique par intérim au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais.

Y a-t-il besoin de rajouter des points de contrôle aléatoires? C’est à suivre. Advenant que la situation ne se stabilise pas, c’est une mesure qu’on devra regarder, a-t-elle indiqué en point de presse, mercredi.

Une femme accorde une entrevue via vidéoconférence.

La Dre Brigitte Pinard, directrice de la santé publique par intérim au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais (archives)

Photo : Radio-Canada

La faisabilité de mettre en place de telles mesures est à l’étude au niveau provincial, a précisé la Dre Pinard.

À Québec, le ministère de la Santé et des Services sociaux confirme, dans une réponse envoyée par courriel, que la Santé publique est en discussion à ce sujet avec ses collègues des autres provinces et territoires, ainsi qu’avec l’Agence de santé publique du Canada et Santé Canada.

Du côté du bureau de la ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, on précise toutefois qu’à ce moment-ci, nous ne prévoyons pas instaurer de barrages ou procéder à la fermeture de nos frontières avec les autres provinces, notamment l’Ontario.

Pas une priorité en Ontario

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, se montre peu ouvert à une telle possibilité, même s’il ne ferme pas complètement la porte.

J’ai parlé avec Maxime Pedneaud-Jobin il y a une semaine et notre message est vraiment clair : restez à Gatineau, si vous habitez à Gatineau et restez à Ottawa, si vous habitez à Ottawa, a-t-il indiqué, excluant bien sûr les déplacements essentiels. Mais d’ajouter: Si la Dre [Vera] Etches dit que c’est nécessaire, que c’est une bonne idée, je vais prendre sa suggestion et parler avec le premier ministre à ce sujet.

Pour l’heure, le premier ministre Doug Ford ne semble pas non plus en faire une priorité.

On invite les résidents de chaque province à rester chez eux, a-t-il répété mercredi, en point de presse. Nous sommes dans une situation critique.

Santé publique Ottawa rappelle d'ailleurs qu'en vertu de l'ordre de rester à la maison de la province, les Ottaviens ne devraient pas se déplacer à Gatineau ou même sortir de chez eux, sauf pour des raisons essentielles.

Pour le conseiller municipal de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, de nouveaux barrages entre Ottawa et Gatineau ne seraient pas forcément efficaces.

Mon opinion a toujours été : la région, c’est Ottawa-Gatineau. On ne devrait pas regarder les plaques des gens, mais plutôt que les mesures sont en place et qu’elles sont appliquées, dit-il.

Mathieu Fleury en entrevue devant les locaux de Radio-Canada rue Sparks à Ottawa.

Le conseiller municipal de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury (archives)

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

L’expérience des premiers barrages a surtout prouvé l’importance de coordonner les mesures des deux côtés de la rivière des Outaouais, poursuit-il.

En revanche, la mise en place de contrôles sur l'autoroute 50 ou à l’entrée de l’autoroute 40, afin de ne laisser passer que les travailleurs essentiels à l’extérieur de la région, semble moins problématique pour l’élu.

Ici, notre économie est intégrée, il y a des gens qui vivent et travaillent des deux côtés de la rivière, des situations familiales particulières… L’impact serait moindre que des contrôles aux ponts interprovinciaux.

C’est beaucoup plus pertinent d’avoir les mêmes mesures des deux côtés [de la rivière des Outaouais]

Une citation de :Mathieu Fleury, conseiller municipal de Rideau-Vanier

Le conseiller municipal insiste également sur la similitude des mesures sanitaires actuellement en place entre Ottawa et Gatineau.

Un avis que partage la Dre Pinard.

Pour l’instant, il y a des mesures en place des deux côtés pour essayer de limiter les déplacements non essentiels. Le couvre-feu dans l’ensemble de la région [de l’Outaouais] devrait aussi décourager les déplacements.

Mais pour la préfète de La Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche, les contrôles routiers seraient une bonne solution, et pas seulement pour les gens venus de l’Ontario.

Les déplacements sont non recommandés, mais ils ne sont pas défendus. Il faudrait qu’ils soient défendus, sauf pour aller au travail ou à l’épicerie, suggère-t-elle. La santé publique a manqué son coup il y a deux semaines [...], c’est sa job d’être plus sévère.

Avec les informations de Catherine Morasse, Louis Blouin, Christian Milette et Antoine Trépanier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !