•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec des tests de dépistage négatifs, la pression tombe à Unamen Shipu

Le bâtiment du centre de santé.

Le centre de santé d'Unamen Shipu (archive).

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle-Plamondon

Radio-Canada

Après la frousse de la fin de semaine passée en raison du premier cas de COVID-19 annoncé à Unamen Shipu, l'inquiétude se dissipe à la vue des premiers résultats de dépistage dans cette communauté innue de la Basse-Côte-Nord.

Les 35 personnes qui ont été en contact direct avec la personne qui a contracté le virus ont reçu un diagnostic négatif à leur premier test de dépistage de la COVID-19.

C’est sûr ce n’est pas le moment de relâcher, mais il ne faut pas céder à la panique non plus, parce que la situation est "sous contrôle". L’intervention a été faite dès qu’on a su, ça a été très rapide et je pense que les premiers tests préliminaires qu’on a le démontrent déjà. Je peux peut-être présumer qu’on n’aura pas d’éclosion par chez nous. C’est une très bonne nouvelle, affirme le chef d’Unamen Shipu, Bryan Mark.

Les premières nouvelles qu'on a sont très très encourageantes, mais la partie n’est pas gagnée.

Une citation de :Bryan Mark, chef Unamen Shipu

D’ici la fin de la semaine, ces contacts primaires devront se soumettre à un deuxième test avant de pouvoir sortir de leur isolement préventif.

Le chef Bryan Mark et trois employés du centre de santé tenant une boîte de carton à la sortie de l'aéroport.

En janvier dernier, les premières doses de vaccin contre la COVID-19 arrivaient à Unamen Shipu (archives).

Photo : Gracieuseté du Centre de santé d'Unamen Shipu

Au total, une cinquantaine de personnes ont été appelées au dépistage en raison de ce cas.

Pakua Shipu resserre ses mesures sanitaires

Pakua Shipu, le village innu situé à 180 km à l’est d’Unamen Shipu, a resserré son protocole de gestion des entrées mercredi.

Seuls les déplacements pour des soins médicaux urgents et ceux des travailleurs essentiels sont maintenant autorisés. Les personnes qui font ces déplacements doivent maintenant se mettre en quarantaine préventive pour un minimum de sept jours, soit jusqu’à l’obtention d’un deuxième résultat négatif à un test de dépistage.

Si cette mesure n’est pas respectée, les contrevenants sont passibles d’une amende de 1500 $, peut-on lire dans le communiqué publié mercredi par le centre de santé de Pakua Shipu.

À l'exception des amendes pour les contrevenants, Unamen Shipu a mis en place des mesures similaires la semaine dernière.

Au total, sept cas de COVID-19 ont été enregistrés en Basse-Côte-Nord depuis le début de la pandémie.

Avec des informations de Djavan Habel-Thurton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !