•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une générosité prenant ses racines dans la culture burundaise

Renord Nsekera tout souriant devant la caméra, dehors, par une journée de printemps.

Renord Nsekera est arrivé à Regina en 2015 et il avait été accueilli par la communauté fransaskoise et par l’Assemblée communautaire fransaskoise.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne-Smith

Donner est tout à fait naturel pour Renord Nsekera, originaire du Burundi. On pourrait même dire que cela fait partie de sa culture. Après avoir découvert les initiatives de la Fondation fransaskoise en 2016, il a voulu redonner à la communauté qui l'a accueilli.

Renord Nsekera est arrivé à Regina en 2015 et il avait été accueilli par la communauté fransaskoise et par l’Assemblée communautaire fransaskoise.

Je me suis dit : j’ai été intégré par la communauté, il faut que moi aussi je participe dans la vie de la communauté surtout avec les projets de la Fondation fransaskoise parce que je les ai trouvés vraiment très, très importants pour la survie de la communauté fransaskoise en général.

Renord Nsekera explique que c’est sa culture burundaise qui l’a inculqué ce désir de donner. Il explique qu'au Burundi, il y a une grande solidarité familiale et communautaire.

Une photo de famille noir et blanc

Renord Nsekera, à droite, à l'âge de 7 ans. (archives)

Photo : Renord Nsekera

Quand j’aurai quelque chose à donner, je vais donner pour participer à cette solidarité qui m’a fait grandir moi aussi.

Une citation de :Renord Nsekera, donateur
Photo de son mariage.

«Sur la photo de mon mariage, deux autres parents qui m'ont recueilli et m'ont réconforté.»

Photo : Renord Nsekera

C’est un pays qui est moins développé : pour éviter de dire pauvre, dit-il avec un sourire. Mais c’est aussi un pays qui a connu beaucoup de problèmes sociaux et beaucoup de problèmes avec la guerre. Moi aussi, j’ai personnellement grandi avec l’aide des personnes de la famille. C’est une société qui survit grâce à une solidarité entre la famille et entre les amis.

Il donne régulièrement à des organismes de bienfaisance comme Médecins sans frontières et à sa famille ou à des amis qui passent par des temps plus difficiles. On reçoit des messages et on ne peut pas fermer les yeux, on donne quand même.

Si tu as l’esprit de donner, tu ne peux pas manquer à donner.

Une citation de :Renord Nsekera, donateur

Même s’il sent une certaine fierté de pouvoir donner ce n’est pas toujours facile. Son épouse est actuellement étudiante et ils élèvent également leurs quatre enfants. Mais il ne croit pas que c’est nécessaire d’avoir beaucoup de moyens pour donner.

Le peu que tu donnes sert quand même à sauver une vie ou faire avancer les choses dans la communauté. Pour donner ça ne dépend pas d’avoir beaucoup de moyens c’est surtout de sentir et d’avoir cet esprit de se sentir interpellé à donner.

Il croit que si tout le monde de la communauté fransaskoise donnait un petit peu, cela ferait une grande différence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !