•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente entre Ottawa et Air Canada : Arseneau sceptique, LeBouthillier soulagée

Un comptoir de service fermé d'Air Canada dans un aéroport.

Air Canada a fermé ses bureaux aux aéroports de Gaspé, de Baie-Comeau et de Mont-Joli en 2020 (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, interpelle à nouveau le ministre québécois des Transports, François Bonnardel afin qu'il dépose son plan d’intervention en matière de transport aérien.

Ce plan, promis par le ministre Bonnardel en juillet dernier, devait assurer la stabilité et la pérennité des dessertes aériennes régionales au Québec.

À l'époque, le ministre s'était donné jusqu'à la fin de l'année pour élaborer un plan à long terme.

François Bonnardel debout derrière un lutrin.

François Bonnardel a annoncé la mise sur pied d'un groupe d'intervention pour trouver des pistes de solutions pour l'avenir des dessertes aériennes régionales au Québec le 9 juillet 2020.

Photo : Radio-Canada

Or, le plan n'est toujours pas déposé au lendemain de l'annonce d'une entente entre le gouvernement fédéral et Air Canada.

L'entente de 5,9 milliards de dollars prévoit que le transporteur aérien devra reprendre une partie de son service régional, service qui pourrait être rendu par des transporteurs régionaux qui auraient conclu une entente avec Air Canada. Cette façon de faire soulève des questions, selon Joël Arseneau.

Est-ce que c'est Air Canada qui va continuer de contrôler le transport aérien régional alors qu'il s'en est retiré ou est-ce que ce ne serait pas le rôle du gouvernement du Québec, notamment, de s'assurer qu'il y a de la place pour tout le monde? demande-t-il.

Joël Arseneau, député péquiste des Îles-de-la-Madeleine

Joël Arseneau, député péquiste des Îles-de-la-Madeleine

Photo : Radio-Canada

Joël Arseneau rappelle également que le plan d'urgence pour les transporteurs aériens mis en place au début de la pandémie pour assurer la desserte des régions éloignées avait pris fin le 31 mars, sans détail sur un possible renouvellement.

Pour le député des Îles-de-la-Madeleine, il devient donc plus urgent que jamais de connaître les intentions du gouvernement du Québec en matière de transport aérien.

De son côté, dans un courriel, le cabinet du ministre des Transports assure que le plan d'intervention sera présenté prochainement.

L'attachée de presse du ministre, Florence Plourde, écrit que cette seule entente entre le gouvernement fédéral et Air Canada ne sera pas suffisante pour assurer la pérennité des dessertes aériennes en région et que, pour cette raison, il travaille depuis plusieurs mois sur un plan québécois.

Mme Plourde ajoute que le ministère espère qu'Air Canada respectera ses engagements dans la nouvelle entente et qu'il compte suivre la situation de très près.

Diane LeBouthillier vigilante

En point de presse mercredi, la ministre du Revenu national et députée de Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier, a promis de garder l'œil ouvert sur les suites de cette entente entre Air Canada et Ottawa.

La ministre LeBouthillier s'est dite rassurée de l'entente et souhaite qu'Air Canada respecte les petites compagnies d'aviation qui vont conclure des ententes pour les dessertes régionales.

Elle ne croit pas que le transporteur revienne en région pour faire concurrence aux petites compagnies, comme on a pu voir dans le passé.

Jusqu'à preuve du contraire, dit-elle, on ne devrait pas revoir Air Canada dans nos milieux.

La ministre LeBouthillier se réjouit d'ailleurs des discussions en cours entre Air Canada et Pascan Aviation en ce qui a trait aux liaisons dans l'Est-du-Québec.

Avec les informations de Sylvie Aubut

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !