•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : premier cas de variant brésilien au Yukon

Brendan Hanley en conférence de presse.

Le médecin hygiéniste en chef du Yukon, Brendan Hanley, a rappelé que, malgré les progrès de la campagne de vaccination, celle-ci ne suffirait pas à lever les restrictions comme la quatorzaine obligatoire.

Photo : Gouvernement du Yukon/Alistair Maitland

Radio-Canada

Le Yukon compte une première contamination due au variant P1 (Brésil), annonce le médecin hygiéniste en chef, Brendant Hanley. Il s'agit de la 75e personne infectée au territoire. Ce dernier a annoncé une 76e infection par le virus qui cause la COVID-19. Les deux infections sont liées, et les autorités suspectent donc la dernière d'être aussi due au variant P1.

Les deux dernières infections signalées font partie d’une éclosion au sein d’un foyer lié à un groupe familial qui a voyagé hors du territoire.

Si le vaccin Moderna a pu prouver sa capacité à lutter contre certains variants, le Dr Hanley précise que l'efficacité face au variant P1 n’est pas encore certaine.

La 74e infection au territoire a été causée par le variant B.1.1.7. (Royaume-Uni). La majorité des infections depuis le début de la pandémie ont été acquises à l'extérieur du territoire. C’est pour cette raison qu’il est important de ne pas baisser la garde, selon le Dr Hanley.

Si nous laissions la COVID-19 entrer dans le territoire sans mesure en vigueur, nous pourrions perdre le contrôle. Nous ne pouvons pas seulement compter sur la vaccination pour le moment.

Une citation de :Brendan Hanley, médecin hygiéniste en chef du Yukon

Le médecin hygiéniste en chef a rappelé l’importance du respect des mesures sanitaires et, parmi elles, de la quarantaine de 14 jours à l'entrée sur le territoire. Les mesures d'isolement ne seront pas permanentes et des changements viendront, dit-il, mais ce moment n’est pas encore arrivé.

La marche à suivre en l'absence d'un gouvernement assermenté

Alors que le Yukon attend toujours d'être fixé sur son avenir politique et son prochain gouvernement, le Dr Hanley a rappelé ceci : Beaucoup de décisions ne dépendent pas du médecin hygiéniste en chef, mais du gouvernement.

Il explique que les décisions importantes et non urgentes comme un changement des mesures sanitaires devront donc attendre que le nouveau gouvernement soit assermenté. Entre-temps, en cas de situation d'urgence, le médecin hygiéniste en chef peut rassembler les membres du gouvernement sortant pour prendre des décisions au besoin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !