•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une carte routière intelligente des Prairies pour étudier la circulation des camions

Un camion roule sur une route au moment où le soleil se couche.

Le transport routier est primordial pour l'économie des provinces des Prairies.

Photo : iStock

Des chercheurs de l’Université du Manitoba vont créer une carte du transport routier de marchandises dans les Prairies grâce à l’intelligence artificielle afin de rendre le réseau plus sécuritaire et résistant.

Deux chercheurs du Département de génie civil de l’Université du Manitoba, Jonathan Regehr et Babak Mehran, ont reçu un financement de 1,6 million de dollars pour étudier et observer, pendant cinq ans, les routes du Manitoba, de la Saskatchewan et de l’Alberta, en partenariat avec le Conseil national de recherches du Canada.

Le but est de voir comment on peut améliorer la fiabilité, la résistance, la fluidité et la sécurité du transport routier de marchandises dans les Prairies, explique Jonathan Regehr.

Le réseau routier des trois provinces des Prairies est extrêmement vaste et essentiel pour leur vitalité économique. L’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba n’ont pas vraiment de problèmes de congestion routière, sauf dans les grands centres urbains.

Par contre, ils comptent de nombreuses zones rurales peu peuplées et accessibles seulement par des routes avec parfois des conditions météorologiques particulières, allant de tempêtes de neige aux inondations en passant par du gel et des sécheresses.

C'est donc en quelque sorte ce qui est à l'origine de cette étude. Il s'agit de comprendre où se trouvent ces risques, quels liens du réseau pourraient être les plus vulnérables à ces types de dangers et quelles seraient les conséquences de ce genre de situation dans ce contexte régional, explique M. Regehr.

Manque de données

Ces informations ont une grande importance, puisque, comme l’a récemment illustré le blocage du canal de Suez par un bateau, un simple accident peut parfois perturber et bloquer pendant des jours des axes de transports capitaux pour l’acheminement de biens et des produits.

On va regarder quels liens du réseau pourraient être les plus vulnérables et lesquels doivent absolument rester ouverts pour le transport.

Une citation de :Jonathan Regehr, professeur associé au Département de génie civil de l’Université du Manitoba

Pour ce faire, les chercheurs vont collecter de nombreuses données grâce à des capteurs installés sur les réseaux routiers primaires et secondaires, entre autres, du Manitoba, de la Saskatchewan et de l’Alberta. Ceux-ci vont analyser le type et le nombre de camions, leur poids et ce qu’ils sont susceptibles de transporter.

On manque vraiment d’information, et le but de l’étude est aussi de créer une banque de données sur l’état des routes, explique M. Regehr.

L’apport de l’intelligence artificielle

Pour analyser ces données, les chercheurs vont faire appel à l’intelligence artificielle (IA) afin de les aider.

L’IA sert dans des situations où l'on a plus de données que de modèles disponibles, explique le chercheur du Centre de recherches des technologies digitales au Conseil national des recherches du Canada Chaouki Regoui.

Les processus deviennent tellement complexes qu’on ne peut pas avoir un modèle analytique, mathématique simple qui le décrit, ajoute M. Regoui.

Concrètement, l’intelligence artificielle va servir à créer, en quelque sorte, des simulations de situations à partir des données recueillies afin d’aboutir à des modèles permettant de voir virtuellement ce qu’il se passe sur le trafic routier si telle ou telle variable est changée.

Cela permet une analyse assez fine et réactive aux changements [des données ou des paramètres] qui, ensuite, modifient les modèles, précise le chercheur.

Tout cela devrait permettre, à court terme, d’aider les gouvernements provinciaux à mieux planifier la gestion de leurs réseaux routiers. Qu'il s'agisse de la conception d'une chaussée ou de la compréhension des besoins de réhabilitation d'un pont ou de la priorisation du déneigement, tous ces types d'analyses nécessitent, en effet, des données sur la circulation des camions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !