•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Création d’un centre d’étude sur l’hydrogène près d’Edmonton

Le symbole chimique de l'hydrogène H² sur une borne rouge.

L'Alberta souhaite développer l'industrie de l'hydrogène.

Photo : iStockphoto

Stéphanie Rousseau

Le gouvernement fédéral et l'Alberta s’unissent pour lancer la création d’un centre d’étude de l’hydrogène dans la région d’Edmonton.

La date de la création du centre et le calendrier de développement n’ont pas été rendus publics.

Le ministre Jim Carr, qui est représentant spécial pour les Prairies, a annoncé que 1,2 million de dollars venant du programme Diversification de l'économie de l'Ouest canadien seront consacrés au projet.

Par ailleurs, 600 000 $ de plus viendront de l'Industrial Heartland Association de l'Alberta, et 450 000 $, de la province.

L'équipe de direction du nouveau centre comptera la présidente et la maire du comté de Sturgeon, Alanna Hnatiw.

L'argent annoncé aujourd’hui servira à créer un endroit pour transmettre de l’information, avoir des discussions stratégiques et faire des études. Ce n’est pas pour lancer des projets. Ça, ce sont des discussions qui auront lieu plus tard entre l’industrie, le gouvernement et le secteur privé, a-t-elle expliqué.

Ceci est une première étape pour avancer l’industrie de l’hydrogène, a ajouté le vice-ministre du gaz naturel et de l’électricité de l’Alberta, Dale Nally, précisant que la province a aussi annoncé des incitatifs financiers à l’automne pour tenter de donner un coup de main au secteur.

Les deux ordres de gouvernement voient un avenir dans le développement de cette technologie, et plusieurs pays espèrent que cette source d’énergie leur permettra de décarboniser leur économie.

Selon plusieurs chercheurs, le Canada est en retard dans le domaine, comparativement à de nombreux pays bien plus avancés, et beaucoup de projets ont du mal à dépasser le stade de projet pilote parce que l’hydrogène n’est rentable que lorsqu’il est utilisé à grande échelle.

Les couleurs de l'hydrogène 

L’hydrogène est codifié sous trois couleurs en fonction du processus d'extraction du gaz et des émissions de gaz à effet de serre qu'il produit.

  • L'hydrogène gris est extrait à partir du gaz naturel. Selon le groupe de travail, son exploitation libère 9 kg de CO2 par kilogramme d'hydrogène.
  • L'hydrogène bleu est extrait de la même manière que le gris, mais ses émissions de gaz à effet de serre sont capturées et stockées dans le sol. Il produit environ 1 kg de CO2 par kilogramme d'hydrogène.
  • L'hydrogène vert est généralement produit à partir de l'électrolyse de l'eau. Il n'est pas polluant si l'électricité utilisée est produite à partir d'une source renouvelable.

La région de Heartland a été sélectionnée parce qu’elle produit déjà de l’hydrogène utilisé dans des fertilisants et dans des produits de pétrochimie, notamment, et le groupe croit qu’il serait possible de produire de l’hydrogène bleu pour des marchés internationaux, comme des pays asiatiques et la Californie.

lls veulent savoir quand nous serions prêts à livrer le produit et en quelle quantité, dit Alanna Hnatiw.

Ces endroits ne sont pas préoccupés par les différences entre l’hydrogène bleu ou le vert, mais vraiment plus par l’intensité des émissions. Il y a une course actuellement, et il faut bouger le plus rapidement possible, conclut Alanna Hnatiw.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !