•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première course en 14 mois pour Charles-Étienne Chrétien

Charles-Étienne Chrétien lors des derniers Grands Prix Cyclistes de Québec et Montréal.

Charles-Étienne Chrétien lors des derniers Grands Prix Cyclistes de Québec et Montréal

Photo : Vincent Drouin

Martin Guindon

Le cycliste Charles-Étienne Chrétien participera samedi et dimanche à ses premières courses en plus de 14 mois.

L’athlète de 21 ans d’Amos avait vu la pandémie interrompre abruptement sa saison en février 2020, après une 12e place au classement général du Sun Tour en Australie. Établi à San Sebastian en Espagne depuis l’automne dernier avec sa copine, la cycliste rouynorandienne Olivia Baril, Charles-Étienne Chrétien se joint au circuit basque-espagnol, surtout réservé aux coureurs de moins de 23 ans avec quelques coureurs élites.

Il y a entre 180 et 200 coureurs au départ. Le circuit est assez relevé. C’est assez concentré. C’est dispersé sur une superficie peut-être grande comme l’Abitibi-Témiscamingue, peut-être même un peu plus petit, et il y a une à deux et même parfois trois courses par semaine, du mois de février jusqu’au début octobre, donc c’est un beau circuit de compétition facile d’accès, confie-t-il.

Un couple de cyclistes souriants

Olivia Baril et Charles-Étienne Chrétien

Photo : Olivia Baril

Des fourmis dans les jambes

Le circuit basque-espagnol présente beaucoup de relief pour ses courses d’une journée. Le terrain n’a rien à voir avec l’Abitibi-Témiscamingue. C’est assez dur de faire un kilomètre de plat ici. Ce n’est pas aussi pire que les Pyrénées. Il y a des côtes de 5 à 20 minutes, mais pas de longs cols de 20 ou 30 kilomètres. C’est pour grimpeur, mais il faut quand même être puncheur. Ce ne sont pas nécessairement des grimpeurs qui gagnent toutes les courses. C’est sûr que j’ai un peu de travail à faire pour les montées un peu plus longues, mais c’est un circuit qui me convient, fait-il valoir.

Charles-Étienne Chrétien reconnaît être un peu nerveux pour ses premières courses, surtout qu’il ne connaît aucun coureur. Mais après 14 mois sans compétition et un hiver d’entraînement sur les routes de l’Espagne, le fier compétiteur se dit fin prêt. C’est ma première course en plus d’un an. C’est sûr que je vais avoir le couteau dans les dents. Je ne manque pas de motivation. C’est sûr que si je sors de cette saison sur le circuit basque-espagnol sans victoire, je serai déçu, admet-il.

Objectif: mondiaux U23

L’athlète amossois ignore pour le moment s’il participera à des courses au Canada cette saison. Il aimerait bien être des championnats canadiens, des Grands Prix de Montréal et Québec et du Tour de Beauce s’ils ont lieu, mais tout dépendra de la situation avec la pandémie. Son objectif principal demeure une participation aux championnats du monde U23 de l’Union cycliste internationale, qui auront lieu en septembre en Belgique. Il s’agit de sa dernière saison dans cette catégorie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !