•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La famille de Jean Garon n'a plus confiance dans l'administration Lehouillier

Une photo de Jean Garon, ministre de l'Agriculture de 1976 à 1985.

Jean Garon a été ministre de l'Agriculture de 1976 à 1985.

Photo : Radio-Canada

Devant le refus « injustifié » de la Ville de Lévis de renommer la route du Président-Kennedy en l’honneur de Jean Garon, les proches du défunt maire ont décidé de rompre les discussions avec l’administration Lehouillier.

La famille Garon déplore que le dossier tourne en rond depuis cinq ans. Leur porte-parole et ancien proche collaborateur de Jean Garon, Simon Bégin, explique ne plus avoir confiance dans la démarche proposée par la Ville.

Près de sept ans après le décès de M. Garon et après cinq ans de discussions avec un premier comité de toponymie, puis un second, sans jamais avoir pu rencontrer le maire en personne, le Groupe composé entre autres de la veuve et du frère de M. Garon a convenu de ne plus discuter avec la présente administration municipale, peut-on lire dans un communiqué diffusé par la famille et les amis de M. Garon.

Notre démarche n’est pas close

Entre-temps, la famille dit vouloir poursuivre les représentations auprès de la population et autres organismes lévisiens.

L’opinion publique dans ce genre de dossier à un poids. Notre démarche n’est pas close.

Une citation de :Simon Bégin , porte-parole de la famille et des amis de Jean Garon

On est convaincu qu’un jour cette appellation de la route du Président-Kennedy ne sera plus pertinente. Partout dans la Beauce, ils ont décidé d’honorer un des leurs en changeant le nom de cette route , ajoute M. Bégin.

L’opposition des commerçants

Lundi, le maire Gilles Lehouillier a indiqué que la proposition de la famille Garon n’était pas retenue par le comité de toponymie, notamment en raison de l’opposition démontrée par les commerçants du tronçon.

On ne comprend pas les motifs. Il n’appartient pas aux entreprises qui y sont établies à décider. C’est une responsabilité de la Ville et M. Lehouillier ne veut pas exercer son leadership, dénonce la famille.

Trois autres propositions ont été faites à la famille, mais celles-ci ne sont pas à la hauteur du politicien qu’a été Jean Garon, juge M. Bégin.

Décision déplorée par Lehouillier

Le cabinet du maire déplore la décision de la famille. Le porte-parole Félix Masson assure que M. Lehouillier est disposé à rencontrer la famille pour expliquer davantage l’orientation qui a été prise.

Le maire trouve ça dommage. Le comité doit faire son travail. Il l’a fait. Nous on est disposé à les rencontrer, mais les membres du conseil de Ville se sont prononcé unanimement pour entériné les recommandations du comité de toponymie qui ne comprennent pas le changement de nom de la route du Président-Kennedy , a relaté M. Masson.

Même si la demande de la famille n’en était pas une à court terme, Simon Bégin croit qu’il est mieux de prendre un certain recul en cette période de pandémie.

Le fait que Gilles Lehouillier se porte candidat pour un troisième mandat à la mairie de Lévis ne le décourage pas.

Une nouvelle administration ne veut pas nécessairement dire un nouveau maire. Il peut y avoir une nouvelle dynamique , affirme-t-il.

M. Garon a occupé les postes de ministre de l’Agriculture puis de l’Éducation. Dès son premier mandat, il a fait adopter, en 1978, la Loi sur la protection des terres agricoles.

Jean Garon a ensuite quitté la politique provinciale pour devenir le maire de Lévis, de 1998 à 2005. Il est décédé le 1er juillet 2014, à l’âge de 76 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !