•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Du 16 au 22 avril 2001, Québec voit s’affronter deux visions de l’avenir des Amériques

Des manifestants arpentent la rue Saint-Jean à Québec pendant le Sommet des Amériques en avril 2001

Des manifestants arpentent la rue Saint-Jean à Québec pendant le Sommet des Amériques en avril 2001

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Du 16 au 22 avril 2001, la ville de Québec a été le point de mire de tout le continent américain. Les Québécois alors ont assisté à la mise de l’avant de deux visions de l’avenir des Amériques qui ne s’est pas fait sans heurts.

Québec, point de mire des Amériques

C’est un moment où les peuples des Amériques se découvrent, qu’ils s’unissent ensemble parce qu’ils comprennent l’énorme danger pour leur condition et leur avenir et pour l’environnement.

Une citation de :Madeleine Parent, figure historique du syndicalisme québécois, lors de la grande manifestation des peuples le 21 avril 2001

Le Mexique participe à ce troisième Sommet des Amériques en ayant pleinement confiance dans le projet d’une communauté continentale (zone de libre-échange des Amériques).

Une citation de :Vicente Fox, président du Mexique, lors du Sommet des Amériques le 20 avril 2001

Téléjournal/Le Point, 22 avril 2001

Ces deux extraits, tirés d’un montage préparé par le Téléjournal/Le Point et diffusé le 22 avril 2001, résume bien l’opposition des deux projets proposés dans la deuxième moitié d’avril 2001 aux citoyens des Amériques.

D’une part se déroule, dans la vieille capitale, un sommet de 34 chefs d’État et de gouvernement des Amériques.

Ils veulent créer la ZLEA, une zone de libre-échange économique, qui inclurait tout le continent américain de l’Alaska à la Terre de Feu.

D’autre part a lieu, juste avant le troisième Sommet des Amériques, le Sommet des peuples des Amériques, qui regroupe les altermondialistes opposés à ce projet.

Le Sommet des peuples des Amériques dénonce la ZLEA, qui, à ses yeux, s’appuie sur des principes qui nient les droits économiques et humains des populations du continent.

Depuis le début de la préparation du troisième Sommet des Amériques, les autorités craignent que des altermondialistes radicaux utilisent la violence à Québec.

Les préparatifs des gouvernements canadien, québécois et de la Ville de Québec intègrent un important volet antiémeute.

Un périmètre de sécurité de quatre kilomètres est notamment mis en place, provoquant une forte opposition chez certains citoyens de Québec et d'ailleurs.

16 avril 2001

Le journaliste Frédéric Arnould présente au Téléjournal, le 16 avril 2001, un reportage qui résume la première journée du Sommet des peuples des Amériques.

Téléjournal, 16 avril 2001

Comme le souligne l’animatrice du Téléjournal Josée Thibeault, les 2000 délégués de cet événement parallèle vont échanger sur une mondialisation différente que celle qui sera négociée par les chefs d’État lors du troisième Sommet des Amériques.

On déplore par ailleurs le comportement des autorités canadiennes qui ont empêché plusieurs personnes de venir assister au Sommet des peuples et manifester à Québec.

En ce premier jour, ce sont les femmes qui jouent le premier rôle lors des discussions.

Françoise David, alors présidente de la Fédération des femmes du Québec, affirme espérer que le sérieux des travaux fera que les chefs d’État finissent par entendre la voix de leurs peuples.

Elle mise aussi sur l’importance du nombre de participants à la grande manifestation du samedi 21 avril pour faire fléchir ces derniers.

Les travaux se continuent les 17 et 18 avril. Le 19 avril, la Sommet des peuples des Amériques se conclut par l’adoption d’une déclaration commune qui rejette la ZLEA.

Le 20 avril, des manifestants percent le périmètre de sécurité qui entoure la vieille ville de Québec. Les policiers répondent de manière très musclée en utilisant une pluie de bombes lacrymogènes.

21 avril 2001

La ville de Québec assiste le 21 avril 2001 à la plus grande manifestation de son histoire.

Téléjournal, 21 avril 2001

La journaliste Dominique Poirier, dans le reportage présenté ce jour-là au Téléjournal, parle d’une foule d’environ 25 000 manifestants opposés à la mondialisation telle que proposée par la ZLEA.

La plupart des manifestants, comme le souligne l’animateur du Téléjournal Stéphan Bureau, marchent calmement dans la Basse-Ville de Québec.

Mais des militants plus radicaux se séparent du reste du rassemblement à l’angle de la rue de la Couronne et de la côte d’Abraham.

De là, ils montent vers la porte Dufferin qui donne accès au périmètre où sont réunies les délégations participant au troisième Sommet des Amériques. Ils tentent de défoncer la clôture de sécurité haute de trois mètres.

C’est aussitôt l'affrontement avec les unités antiémeute de la Sûreté du Québec et de la Gendarmerie royale du Canada.

La ville de Québec ressemble à un champ de bataille. Les gaz lacrymogènes font suffoquer les manifestants, mais aussi les citoyens de Québec et les journalistes qui couvrent l’événement.

Le 22 avril se termine le troisième Sommet des Amériques. La zone de libre-échange n’est pas adoptée.

Le projet est définitivement abandonné en 2009 par le président américain Barack Obama.

En complément :

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.