•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS de la Côte-Nord explique les raisons du passage au palier d'alerte orange

Un homme portant un masque referme le coffre de sa voiture dans le stationnement d'un commerce.

51 cas de COVID-19 ont été répertoriés depuis le début du mois (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord a expliqué lors d’un point de presse mercredi après-midi pourquoi il a demandé le passage de la région en zone orange.

L’augmentation de 51 cas de COVID-19 depuis de début du mois d’avril et la présence de 7 éclosions associées au variant britannique font notamment partie des raisons qui ont poussé la santé publique régionale à demander le changement de palier d'alerte pour les mesures sanitaires.

L’augmentation des cas dans les régions limitrophes avec lesquelles des déplacements de travailleurs sont chose courante est un facteur qui a aussi été déterminant, indique le médecin spécialiste en santé publique au CISSS de la Côte-Nord, Dr Richard Fachehoun.

On a tenu compte également de la couverture vaccinale pour une première dose dans la région. On a tenu compte également de la capacité du système de santé dans la région et des possibilités d’hospitalisation à l’extérieur de la région. C’est une évaluation vraiment très complexe, a indiqué le Dr Fachehoun.

Les recommandations que nous avons faites ont été respectées à travers les annonces du gouvernement.

Une citation de :Richard Fachehoun, médecin-conseil en santé publique, CISSS Côte-Nord

Le médecin-conseil affirme que les mesures du palier d’alerte jaune n’étaient pas suffisantes pour limiter la transmission des variants du virus efficacement dans la région.

Quand on regarde au secondaire. Au palier jaune on ne porte pas le masque en classe. Or s’il y a un cas de COVID en classe, il se pourrait qu’il y ait plus de transmission. Nous, cette mesure-là du palier orange [était importante], donne en exemple Richard Fachehoun.

Dès 20 h mercredi, les Nord-Côtiers seront soumis aux mesures sanitaires du palier orange.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !