•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Estrie échappe au rouge

94f3f9d14ea14fea9501269e7e313110TldRd01tSTNNRGhpWVdKaFpqTXhZakEwWkdZNE4yTTA=_8154142319304b27a35dccf727acf65d_JCT_7239

Le bilan de mercredi permet à l'Estrie de respirer un peu.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada

L'Estrie échappe de nouveau à un changement de palier. Le directeur de la santé publique de l'Estrie a annoncé en entrevue à Vivement le retour que les dernières données permettent à la région de souffler encore un peu.

La hausse constante des cas de COVID-19 inquiétait la santé publique, qui a d'ailleurs discuté de la situation avec Québec mercredi, en fin de journée. Le Dr Poirier expliquait en conférence de presse, en début d'après-midi, que la situation ne s'améliorait pas avec l'augmentation des cas, qui mène la région vers l'orange foncé. Les données du jour étaient attendues avec impatience pour décider du sort de la région.

Bonne nouvelle : le bilan des nouvelles infections de la journée, qui doit être publié demain, est encourageant. Une baisse est envisagée, avec 39 nouveaux cas.

Cela dit, il ne faut pas baisser les bras, soutient le Dr Poirier. L'Estrie est toujours sous très haute surveillance, d'autant plus que la hausse des cas de variant est inquiétante.

Ceux-ci représentent plus de 50 % des cas de COVID-19 au Québec.

À tel point que maintenant, on ne prend même plus la peine de les rechercher. De toute façon, dans nos conduites, dans nos façons de faire, on fait comme si vous en étiez infectés, souligne-t-il, rappelant que celui-ci est beaucoup plus contagieux et semble frapper davantage les jeunes.

C'est eux qu'on retrouve actuellement dans nos hôpitaux. Beaucoup plus jeunes. Et il y a des complications, souligne le Dr Poirier.

Qu'on passe au rouge, ou qu'on reste en orange, on doit se reprendre en main, prévient-t-il.

Le Dr Poirier comprend que les gens sont exaspérés par la pandémie et les mesures. Toute cette "écoeurantite"-là est légitime, admet-il.

Merci à tous ceux qui [suivent les règles] si bien. Et ceux qui le font moins bien, merci de vous forcer un peu.

Une citation de :Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie

La vaccination s'ouvre à de nouveaux groupes

La santé publique a d'ailleurs annoncé que la vaccination s'élargissait à de nouveaux groupes, mercredi.

Désormais, les travailleurs essentiels, ou à risque, pourront être vaccinés.

La liste des travailleurs essentiels

  • Personnel dans les écoles
  • Personnel dans les milieux de garde
  • Personnel de la sécurité publique (pompiers, ambulanciers, employés dans les milieux correctionnels, etc.)
  • Travailleurs étrangers du secteur agricole
  • Travailleurs dans les abattoirs
  • Travailleurs dans les milieux communautaires

De plus, les personnes de moins de 60 ans avec une maladie chronique, qui sont hospitalisées, sont suivies à l'hôpital (dialyse ou chimiothérapie) ou doivent recevoir un vaccin sous la supervision d'un allergologue, seront immunisées directement à l'hôpital.

Cette nouvelle catégorie ne touche pas les personnes avec maladies chroniques qui ont un suivi occasionnel par leur médecin de famille, rappelle le Dr Poirier. Les personnes pouvant recevoir le vaccin seront avisées par leur médecin.

Invitation aux 55 ans et plus à renverser les rôles

Le Dr Poirier a profité de la conférence de presse pour inciter les 55 ans et plus à renverser les rôles et à se faire vacciner, pour protéger les plus jeunes.

Lui-même, souligne-t-il, a roulé sa manche pour recevoir une dose du vaccin AstraZeneca, mercredi.

Plusieurs milliers de doses sont arrivées la semaine dernière, et d'autres sont aussi attendues la semaine prochaine en Estrie. De nouvelles plages horaire ont d'ailleurs été ajoutées à Sherbrooke, Magog, Granby et Lac-Mégantic, du 15 au 18 avril.

La santé publique souligne également que quelques doses du vaccin AstraZeneca sont toujours disponibles sans rendez-vous au Centre de foires de Sherbrooke.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !