•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Flambée de cas en Beauce : « une peur » du vaccin AstraZeneca inquiète

Un stationnement du centre de vaccination de Saint-Georges, avec une pancarte

La région de Saint-Georges représente l'endroit où le virus est le plus concentré dans la population au Québec.

Photo : Radio-Canada

Devant le pire taux de concentration du virus en Beauce, des élus et la santé publique de Chaudière-Appalaches s'inquiètent d'une baisse d'engouement pour le vaccin d'AstraZeneca.

C'est très tranquille, lance d’emblée Cary Paquet, la cheffe du centre de vaccination de Saint-Georges. On a vu environ 150 personnes, mais on pourrait en prendre 1200 dans toute une journée, explique Mme Paquet.

Pourtant, la région de Saint-Georges représente l'endroit où le virus est le plus concentré dans la population au Québec, avec un taux de 631 personnes infectées pour 100 000 habitants. La région comptait 195 nouvelles infections mercredi.

Je pense que les gens ont peut-être peur. Les gens, des fois, ils ont des questions et n'osent pas venir nous voir. Moi, je dis, si vous doutez, venez nous voir, parce que c'est une chance pour les 55 ans et plus de se faire vacciner avant. Il a beaucoup de fausses croyances.

Une citation de :Cary Paquet, cheffe du centre de vaccination de Saint-Georges, CISSS de Chaudière-Appalaches

Le CISSS est allé jusqu'à contacter les entreprises, principaux foyers d'éclosions dans la région, pour inviter les employés de 55 ans et plus à se faire vacciner. On se faisait dire : ils ont peur. [Ils demandaient] quels vaccins?

Mme Paquet assure que toutes les ressources sont disponibles.

Cary Paquet, cheffe du centre de vaccination de Saint-Georges.

Cary Paquet est la cheffe du centre de vaccination de Saint-Georges.

Photo : Radio-Canada

On veut vacciner. Mes infirmières sont toutes à la retraite. Elles sortent de leur retraite pour vacciner les gens. On attend, on est prêts, souligne Mme Paquette.

Ailleurs au Québec, le gouvernement qualifie de succès le déploiement du vaccin

Confirmé : l’opération AstraZeneca est un succès, a écrit le ministre de la Santé Christian Dubé sur Twitter mercredi, rappelant que 120 000 doses du vaccin ont été administrées depuis jeudi dernier, dont 23 600 mardi.

Incitation au vaccin, peu importe lequel

Le maire de Saint-Georges, Claude Morin, demande aux citoyens d'aller se faire vacciner pour tenter de freiner la propagation, peu importe le vaccin.

Les chiffres n’arrêtent pas d'augmenter chaque jour. On ne comprend pas. On espère que ça va arrêter, dit le maire, qui souligne que beaucoup de gens suivent les consignes, malgré le nombre de cas.

Je demeure convaincu que la solution à cette crise-là est de se faire vacciner, croit-il, ajoutant que sa conjointe a d'ailleurs reçu le vaccin d'AstraZeneca.

Vingt-trois personnes ont perdu la vie à Saint-Georges depuis le début de la pandémie, rappelle le maire.

Il invite les gens à fréquenter les parcs dans le respect des mesures sanitaires, plutôt que de se rassembler ailleurs.

CHSLD en pleine éclosion

Outre les milieux de travail, des milieux de soins sont aussi responsables d'une hausse du nombre de cas au cours des derniers jours.

Le CHSLD de l'Assomption, à Saint-Georges, est aux prises avec une importante éclosion depuis le 4 avril. Il y a 39 cas actifs chez les résidents et 21 chez les employés. Deux décès s'ajoutent également. Les résidents de ce CHSLD ont reçu une première dose du vaccin le 7 janvier.

C'est difficile de dire exactement quel est le point d'origine de l'éclosion dans le milieu, explique Julie Lambert, directrice adjointe de la santé publique de Chaudière-Appalaches.

Vraisemblablement, il y a quelqu'un qui a introduit le virus dans le milieu et ensuite c'est passé inaperçu avec peu de symptômes. Les cas se sont multipliés. C'est aussi du variant qu'on retrouve. Le variant est plus contagieux, ça fait en sorte que la courbe s'accélère, croit-elle.

On pense que la vaccination a servi sûrement à protéger les gens et à éviter des complications et des décès, ajoute la directrice adjointe.

Avec les informations de Guylaine Bussières

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !