•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Masque à l'extérieur : Québec assouplit ses règles

Un couple masqué assis dans un parc à un mètre de distance.

Le premier ministre du Québec, François Legault, fait marche arrière sur le port du masque à l'extérieur.

Photo : Getty Images / Fotografia Inc.

Radio-Canada

François Legault a annoncé mercredi qu'il reculait sur le resserrement annoncé cette semaine concernant le port du masque à l'extérieur pour se protéger du coronavirus. Celui-ci sera limité aux situations où « il peut être difficile de respecter en tout temps la distance de deux mètres avec des personnes qui n’habitent pas avec nous ».

Dans un message publié sur Facebook, le premier ministre du Québec précise clairement que lors d'activités comme le golf ou le tennis, ou encore lorsque des gens sont assis à bonne distance dans un parc, le port du masque ne sera donc pas nécessaire.

On se comprend aussi qu’un couple qui n’habite pas à la même adresse, mais qui entretient des relations intimes n’a pas à porter un masque. Pas plus qu’une personne seule qui s’est greffée à une bulle familiale. Même chose quand deux personnes marchent ensemble, mais à bonne distance, a-t-il aussi précisé.

Le nouveau variant britannique est plus contagieux, ce qui augmente les risques, même à l’extérieur. Soyons donc plus prudents que jamais. Pourquoi prendre une chance de contaminer un ami ou un proche ou d’être contaminé soi-même? Si vous avez le moindre doute, portez votre masque, a ajouté M. Legault.

Le premier ministre mise maintenant sur le jugement des policiers et sur le « gros bon sens » des citoyens.

La CAQ mûre pour un examen de conscience, juge l'opposition

À Québec, les réactions n'ont pas tardé. Les partis d'opposition, qui avaient demandé des éclaircissements plus tôt dans la journée, ont accueilli la nouvelle avec satisfaction.

Il y avait vraiment un problème de communication et de pédagogie à faire qui n'a pas été fait, a estimé la chef libérale Dominique Anglade. Je pense que le gouvernement s'en rend compte.

Ce recul-là, je pense qu'il fait la démonstration que le premier ministre et tout le gouvernement ont un examen de conscience à faire pour parler aux Québécois et aux Québécoises de leur approche, a renchéri le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois.

Le chef péquiste, Paul St-Pierre Plamondon, a constaté pour sa part que le gouvernement Legault était difficile à suivre, le gouvernement ayant changé trois fois de version [...] en une semaine.

La veille, le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, avait reconnu que la mesure pouvait paraître incohérente, admettant qu'il n'avait en sa possession aucune donnée sur la transmission à l’extérieur. Il avait toutefois justifié la recommandation de ses experts en évoquant la très grande transmissibilité des variants.

Une transmission anecdotique?

Le risque de transmission de la COVID-19 à l'extérieur demeure toutefois anecdotique sur le plan scientifique, selon la professeure Caroline Duchaine, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les bioaérosols à l'Université Laval.

C'est certain qu'on ne peut pas dire qu'il n'y a pas de risques, dehors, a-t-elle reconnu à l'émission 24|60, mercredi soir, sur ICI RDI. Mais selon elle, il y aurait des endroits plus importants où l'énergie pourrait être mise.

Car les éclosions sont encore trop nombreuses dans les milieux de travail, les écoles, les garderies, les hôpitaux et les lieux de culte, constate la professeure. Il y a encore beaucoup de travail à faire, observe-t-elle.

À l'extérieur, la règle des deux mètres de distance entre les personnes qui ne sont pas issues de la même bulle familiale lui semble suffisante et facile à saisir. Il faut revenir à la base, ne pas s'approcher, rappelle Mme Duchaine.

Si on maintient une certaine distance, il n'y a pas d'endroits mieux ventilés que l'air extérieur.

Une citation de :Pre Caroline Duchaine, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les bioaérosols à l'Université Laval

Et si jamais on a un doute, [...] on peut le porter, le masque, précise-t-elle. Ce n'est pas interdit! [Mais] si la santé publique possède des chiffres qui justifient une telle recommandation, je serais bien heureuse de les voir. Parce que [...] moi, ce que j'ai vu dans la littérature à date, c'est quand même anecdotique, les cas de transmission dans l'air extérieur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !