•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le déficit commercial du Canada est monté en flèche en 2020

En ce qui a trait aux marchandises, le déficit commercial du Canada a plus que doublé entre 2019 et 2020, passant de 15 G$ à 37 G$.

Des conteneurs sur un navire amarré dans le port de Montréal.

En ce qui a trait aux marchandises, le déficit commercial du Canada a plus que doublé entre 2019 et 2020, passant de 15 G$ à 37 G$.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

La Presse canadienne

L'année 2020 pour le commerce international canadien a été sans précédent, selon Statistique Canada.

L'agence fédérale rapporte mercredi que le déficit commercial de marchandises avec le monde a plus que doublé entre 2019 et 2020. Il est passé de 15,4 milliards à 37,3 milliards de dollars.

En ce qui a trait au commerce international des biens et des services combinés, le déficit commercial total du Canada est passé de 36,9 milliards en 2019 à 44,8 milliards de dollars, l'an dernier.

La valeur des exportations annuelles de marchandises du Canada a diminué de 12,4 % pour s'établir à 524 milliards de dollars en 2020, tandis que celle des importations annuelles a fléchi de 8,5 % pour se situer à 561 milliards.

Les exportations vers les États-Unis, le principal client du Canada, ont reculé à elles seules de 15,7 % l'année dernière pour s'établir à 376,2 milliards de dollars, leur plus faible valeur annuelle depuis 2013. Les exportations vers les États-Unis ont tout de même représenté 71,8 % des exportations canadiennes vers les autres pays en 2020.

Statistique Canada signale qu'après la fermeture de plusieurs industries au Canada pendant la première vague de la pandémie de COVID-19, en mars, avril et mai 2020, les exportations et les importations de biens et de services ont chuté pour atteindre des niveaux historiquement bas.

Par exemple, en avril, les exportations ont diminué de 28,4 % à 31,7 milliards de dollars, leur niveau le plus bas depuis 2009.

Le commerce de marchandises s'est cependant rétabli assez rapidement par la suite, grâce à la réouverture progressive des industries productrices de biens, au Canada et à l'étranger et la demande mondiale de biens est aussi restée forte, étant donné que les ménages ont dépensé plus en biens qu'en services et que les gouvernements ont investi dans des projets d'infrastructure et qu'ils ont procuré de l'aide financière pour soutenir l'économie.

Ça dépend des produits...

Statistique Canada a observé que les répercussions de la pandémie de COVID-19 sur le commerce de marchandises en 2020 ont considérablement varié d'un produit à l'autre.

Les exportations de produits énergétiques ont reculé de 36,6 % en 2020. De plus, des baisses mensuelles sans précédent ont été observées au chapitre des importations et des exportations de produits tels que les véhicules automobiles et pièces pour véhicule automobile.

En revanche, les exportations de produits agricoles et de la pêche et de produits intermédiaires des aliments ont affiché une forte croissance malgré la pandémie. La forte demande mondiale et les conditions avantageuses sur le marché pour les céréales, les graines oléagineuses, les légumineuses et le soja ont profité aux exportateurs canadiens, qui ont expédié des volumes inégalés à l'étranger en 2020.

Entre-temps, les importations de biens de consommation ont atteint un sommet l'an dernier, stimulées principalement par l'augmentation des importations d'équipement de protection individuelle (EPI).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !