•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba adapte sa campagne de vaccination à la présence de variants

Les Manitobains âgés de plus de 59 ans peuvent maintenant être vaccinés.

Joss Reimer, à gauche, et Johanu Botha, à droite, lors d'une conférence de presse.

Joss Reimer et Johanu Botha ont fait le point sur la campagne de vaccination du Manitoba en conférence de presse mercredi.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Radio-Canada

La présence de la troisième vague et l’approvisionnement en vaccins incitent le Manitoba à apporter des modifications à sa campagne de vaccination.

La province annonce aussi que l’âge d’admissibilité au vaccin pour le grand public passe à 59 ans, et à 39 ans pour les personnes issues de Premières Nations.

Joss Reimer, médecin en chef du ministère de la Santé et des Aînés et responsable du groupe de travail du Manitoba sur la campagne de vaccination contre la COVID-19, a fait le point sur les vaccins en conférence de presse. Elle était accompagnée de Johanu Botha, coresponsable du groupe de travail.

D’autres changements quant à l’admissibilité sont à prévoir prochainement, a expliqué la Dre Reimer. Le comité examine de très près ses critères pour déterminer la meilleure façon de protéger les personnes vulnérables.

Nous savons déjà que, dans certaines régions de la province, le nombre de cas et les taux de transmission ont augmenté, a expliqué la Dre Reimer. Les données de cette troisième vague qui commence détermineront les changements qui seront apportés à la campagne de vaccination.

Vaccin AstraZeneca.

Des changements aux critères d'admissibilité au vaccin AstraZeneca pourraient être apportés prochainement.

Photo : Getty Images / SOPA Images

Le comité pourrait aussi revoir les critères basés sur l’état de santé et l’âge d’une personne qui servent à déterminer qui peut recevoir le vaccin AstraZeneca. La province suivra les recommandations du Comité consultatif national de l'immunisation pour ce faire.

Quel que soit le vaccin, faites-vous vacciner

La Dre Reimer a voulu rassurer la population au sujet du vaccin AstraZeneca, en dépit d’un cas de thrombose rapporté mardi au Canada. De telles situations sont très rares et le rapport de ce cas montre que le système de surveillance des vaccins fonctionne extrêmement bien, a-t-elle ajouté.

Nous continuons de penser que les bénéfices du vaccin AstraZeneva comme protection contre la COVID-19 dépassent largement les risques qui y sont associés, a-t-elle dit, en implorant les Manitobains de se faire immuniser dès que possible, quel que soit le vaccin proposé.

Il faut du temps au vaccin pour produire une réponse immunitaire , a-t-elle rappelé. Il faut deux semaines, environ, pour produire les anticorps. Par conséquent, une infection qui survient dans les deux semaines après la vaccination aurait donc été contractée soit avant la vaccination, soit avant que le corps ait produit une réponse immunitaire.

Rien n’est efficace à 100 %, a-t-elle précisé. C’est la raison pour laquelle les autorités sanitaires enjoignent à nouveau à la population de suivre les recommandations de la santé publique, comme la réduction des contacts et le port du masque.

Deux femmes marchent en portant un masque.

Il faut continuer d'observer les mesures sanitaires et le port du masque au cours des deux semaines qui suivent la vaccination, rappelle la Dre Reimer.

Photo : Radio-Canada / Trevor Brine

Aux personnes qui s’inquiètent que des doses aient été gaspillées dans les derniers jours en raison d’annulations liées aux conditions météorologiques, la Dre Reimer a répondu : Les équipes de vaccination savent comment préparer les vaccins pour minimiser le gaspillage dans toutes les situations. Aucune dose n’a donc été perdue en raison de la tempête des derniers jours.

Moins de petites cliniques et de doses mises de côté

Dans une séance d’information destinée à la presse mercredi, Johanu Botha a indiqué que la province visait à réduire le nombre de petites cliniques mobiles, surtout dans les régions rurales, à partir de la semaine prochaine.

Des grilles et des gens qui attendent.

Les supercliniques comme celle du Centre des congrès de Winnipeg sont privilégiées parce que la propagation du virus se fait davantage dans les centres urbains à l'heure actuelle.

Photo : Radio-Canada / Walther Bernal

La province veut ainsi concentrer la vaccination là où la propagation du virus et de ses variants est plus importantes, dans des zones urbaines comme Winnipeg.

Elle privilégiera aussi les plus grands moyens de distribution, c’est-à-dire les supercentres et les plus grandes cliniques mobiles.

Johanu Botha a également mentionné que les arrivages de doses du vaccin Pfizer-BioNTech sont plutôt stables, ce qui diminue les craintes de devoir annuler des rendez-vous en raison d’un manque d’approvisionnement. Concrètement, le Manitoba ouvrira donc davantage de plages de rendez-vous dans ses supercliniques.

La province s’attend même à recevoir plus de doses du vaccin Pfizer-BioNTech en mai.

La campagne de vaccination doit toutefois toujours composer avec des retards dans la livraison des doses de Moderna. Elle attend les 28 400 doses qui doivent arriver cette semaine afin de combler le retard des dernières semaines. Les 42 000 doses qui étaient prévues pour la semaine du 19 avril n’arriveront pas avant la fin du mois, ce qui représente le troisième retard dans les livraisons de Moderna.

À ce jour, le Manitoba a reçu un total de 458 410 doses, soit :

  • 284 310 doses du vaccin de Pfizer-BioNTech;

  • 90 000 doses du vaccin de Moderna;

  • 84 100 doses du vaccin d’AstraZeneca-Covishield.

Jusqu’à maintenant, 299 821 doses ont été administrées, 96 554 doses ont été livrées à des partenaires de vaccination, chez les Premières Nations ou encore en clinique médicale ou en pharmacie, et 57 347 doses sont réservées pour des rendez-vous dans les 10 prochains jours.

Un prochain supercentre ouvrira à Steinbach en mai, au 296, avenue Lumber. Ce sera le deuxième supercentre de la région sanitaire Santé sud. La province prévoit que chaque région sanitaire aura deux supercentres. Des annonces seront faites prochainement.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !