•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une deuxième contestation électorale à T.-N.-L., cette fois dans Mount Pearl Nord

Jim Lester.

Le candidat progressiste-conservateur, Jim Lester, conteste l'élection dans Mount Pearl Nord.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Le candidat progressiste-conservateur Jim Lester conteste l'élection dans la circonscription de Mount Pearl Nord, où il était député sortant.

Après la cheffe du NPD, Alison Coffin, il devient le deuxième candidat à déposer une demande de contestation en Cour suprême provinciale.

Jim Lester a perdu par 109 voix contre la libérale, Lucy Stoyles. Il allègue que de nombreux électeurs dans sa circonscription n’ont pas pu exercer leur droit de vote à cause de l’inaccessibilité du vote postal.

J’ai entendu les plaintes de beaucoup de monde qui n’ont pas pu voter. [...] C’est important que les gens sachent que le processus électoral fonctionne et que le résultat soit fiable.

Une citation de :Jim Lester, candidat progressiste-conservateur

Les dernièrea élections ont connu leur lot de problèmes. Le vote en personne a été annulé à la dernière minute et la date limite pour voter par correspondance a été repoussé quatre fois. La campagne a finalement duré 10 semaines.

Jim Lester finance lui-même la contestation

Jim Lester n’a pas retenu les services d’un conseiller juridique et finance lui-même la contestation. Le Parti progressiste-conservateur ne participera pas à la contestation.

Je lance cette contestation comme citoyen indépendant, explique M. Lester. Je n’éprouve aucun sentiment négatif envers le parti.

Le Parti progressiste-conservateur ne participera pas à la contestation et affirme que M. Lester finance lui-même la contestation.

Dans une déclaration, le parti affirme qu'il ne veut pas faire invalider les dernières élections. La formation estime que les électeurs ne veulent pas une nouvelle campagne et dit vouloir se concentrer sur la réforme électorale.

Nous allons examiner les élections à la Chambre d'assemblée pour moderniser la loi électorale, qui a besoin d'importantes mises à jour. Nous voulons nous assurer que cette situation ne se reproduise pas à l'avenir, déclare le parti.

Des individus peuvent contester les résultats des élections devant les tribunaux et ce processus a déjà commencé dans certains cas. Nous allons suivre ces contestations étroitement. Mais, nous n'allons pas aller devant les tribunaux en tant que formation.

Le directeur général des élections refuse d’accorder d’entrevue alors que l'affaire est devant les tribunaux. Bruce Chaulk ne s'est pas adressé aux médias depuis le début du mois de mars.

Avec les informations de Mark Quinn, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !