•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Ngola : la défense réclame des documents du bureau du premier ministre

Jean-Robert Ngola.

Jean-Robert Ngola est accusé d'avoir omis de s'isoler à son retour au Nouveau-Brunswick en mai 2020. Ce n'est pas une accusation criminelle (archives).

Photo : CBC / Mia Sheldon

Radio-Canada

Les avocats de la défense du Dr Jean Robert Ngola au Nouveau-Brunswick demandent toujours d'autres éléments de preuve, notamment des documents émanant du bureau du premier ministre Blaine Higgs.

Le médecin est accusé en vertu de la Loi sur les mesures d'urgence d'avoir omis de s'isoler à son retour au Nouveau-Brunswick en mai 2020. Il s’agit d’une infraction non criminelle. S’il est reconnu coupable, il est passible d'une amende variant de 240 $ à 1200 $.

Lors d'une autre conférence téléphonique tenue mardi devant la juge Anne Horseman-Dugas de la Cour provinciale, le procureur de la Couronne, Sébastien Michaud, a déclaré qu’il avait soumis tard, lundi soir, les derniers éléments de preuve demandés par la défense.

Même s'il n'a pas eu le temps d'étudier pleinement ce qu'il a reçu, Christian Michaud, de l'équipe de défense, soutient qu'il manque encore plusieurs éléments clés. Entre autres, il dit qu'aucun document reçu n'émane du bureau du premier ministre Blaine Higgs, ce qu'il qualifie d'impossible étant donné le rôle qu'il a joué dans cette affaire.

Le procureur de la Couronne maintient qu'il n'a rien d'autre à fournir.

Christian Michaud a aussi demandé à l'avocat du Réseau de santé Vitalité d'autres documents que ceux contenus dans la divulgation de la preuve originalement fournie.

Devant ce cul-de-sac, la juge n'a pas eu d'autre choix que de reporter au 11 mai les quatre jours d'audience sur la requête qui devaient débuter lundi prochain.

A cette date, la juge a exigé que Jean Robert Ngola soit lui-même présent de façon virtuelle pour choisir la langue de son procès, un procès de neuf jours qui doit toujours débuter le 15 juin.

Le médecin a quitté la province en 2020 pour s’établir au Québec.

Avec les renseignements de Serge Bouchard

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.