•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les banques devront publier l'impact de leurs investissements sur le climat en N.-Z.

Un homme et une femme derrière un pupitre

La première ministre de la Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern avec le ministre des Changements climatiques James Shaw (archives)

Photo : Reuters / -

Agence France-Presse

La Nouvelle-Zélande va contraindre les banques à révéler l'impact de leurs investissements sur les changements climatiques, l'archipel devenant le premier pays à adopter une loi obligeant le secteur financier à faire preuve de transparence en matière environnementale, ont annoncé les autorités.

Le ministre du Commerce David Clark a indiqué qu'en vertu de cette loi, les banques, les compagnies d'assurance et les sociétés d'investissement auront pour obligation de faire état des conséquences de leurs placements sur les changements climatiques.

Être le premier pays du monde à présenter une telle loi signifie que nous avons l'occasion de faire preuve d'un réel leadership et d'ouvrir la voie à d'autres pays pour rendre obligatoire la publication d'informations en matière de climat, a-t-il déclaré.

M. Clark a précisé que ce texte obligera les institutions financières à tenir compte de l'impact réel de leurs investissements sur le climat et permettra à la population de les évaluer.

Il est important que chaque secteur de l'économie néo-zélandaise nous aide à réduire les émissions de carbone et à faire la transition vers un avenir à plus faible émission, a-t-il ajouté.

Cette législation est destinée à garantir que les établissements financiers divulguent et, en fin de compte, prennent des mesures contre les dangers des changements climatiques tout en saisissant les occasions offertes en la matière.

La loi a été présentée lundi et, si elle est adoptée, faire un rapport en matière climatique sera obligatoire d'ici 2023.

Neutralité carbone pour 2050

Le ministre responsable des Changements climatiques James Shaw a précisé que ces rapports annuels devraient souligner le fait que les investissements à forte émission de carbone deviendront moins attrayants au fur et à mesure que les mesures de réduction des émissions deviendront obligatoires.

Nous ne pouvons tout simplement pas parvenir à l'objectif de neutralité carbone pour 2050 si le secteur financier ne connaît pas l'impact de ses investissements sur le climat, a-t-il dit.

Cette loi mettra les risques climatiques au cœur des décisions financières et commerciales.

La première ministre Jacinda Ardern s'est engagée à ce que la Nouvelle-Zélande atteigne un objectif de neutralité carbone pour 2050 et produise toute son énergie à partir de sources renouvelables d'ici 2035.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !