•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Malgré des tests négatifs, des travailleurs étrangers isolés depuis 25 jours

Débarquement de crabe des neiges au quai de Rimouski.

L'usine Crustacés Baie-Trinité attend impatiemment les travailleurs en quarantaine forcée.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Malgré plusieurs résultats de test de dépistage négatif, des travailleurs étrangers mexicains venus travailler dans l’industrie des fruits de mer sont forcés de rester isolés depuis bientôt un mois. Derrière ce problème, les retards de la seule compagnie mandatée pour mener les seuls tests de dépistage acceptés par le gouvernement fédéral.

Mario Luis Castillo est en quarantaine dans un hôtel de Baie-Comeau depuis maintenant une vingtaine de jours.

M. Castillo est atterri à Montréal le 19 mars avec l’objectif d’aller travailler à l’usine de transformation de fruits de mer Crustacés Baie-Trinité, sur la Côte-Nord. La saison du crabe des neiges y bat son plein et l’entreprise a besoin de chaque travailleur qu’elle a recruté.

Mario Luis Castillo souriant dans une voiture.

Mario Luis Castillo espère travailler pour envoyer de l'argent à sa famille au Mexique.

Photo : Gracieuseté de Mario Luis Castillo.

Trois tests négatifs

Soixante-douze heures avant son départ de Cancún, au Mexique, il a subi un test de dépistage dont il a rapidement obtenu le résultat : négatif.

Il a ensuite pris un avion privé avec 165 autres travailleurs embauchés par des entreprises de transformation des produits de la mer. Trente-six d’entre eux avaient, comme lui, Baie-Trinité comme destination.

C’est la compagnie Port to Port Immigration Services qui organise leur transport jusqu'au Canada.

Dès leur arrivée à Montréal, les travailleurs subissent un nouveau test de dépistage. Mario Luis Castillo et les 35 autres futurs employés de Crustacés Baie-Trinité reçoivent à nouveau des résultats négatifs, selon Marilyn Clark, consultante pour Port to Port Immigration.

Après leur arrivée en autobus sur la Côte-Nord, les travailleurs sont mis en quarantaine à l'hôtel La Caravelle, à Baie-Comeau.

Les travailleurs sont ensuite testés une autre fois, cette fois à la demande des autorités sanitaires locales, toujours selon Marilyn Clark.

Le test le plus important et qui doit permettre aux travailleurs de sortir de leur quarantaine est cependant celui de la compagnie Switch Health, mandatée par le gouvernement fédéral pour mener un dépistage au 10e jour après l’arrivée. En vidéoconférence devant un employé de Switch Health, les travailleurs font eux-mêmes le test qui est ensuite acheminé à la compagnie ontarienne.

Alors que la quarantaine doit durer 14 jours, 17 des 36 employés étrangers de Crustacés Baie-Trinité sont toujours en isolement 25 jours après leur arrivée, sans nouvelles de Switch Health.

C'est un peu frustrant parce que nous venons ici pour faire de l'argent pour l'envoyer à nos familles et à nos communautés au Mexique. Personnellement, je ne comprends pas pourquoi ils s'attardent au test maison, quand ils ont le test complet du gouvernement en main, explique M. Castillo, qui a bien hâte de commencer à travailler.

Marilyn Clark ne cache pas non plus sa frustration.

Ce ne sont pas des criminels, mais ils sont comme sous arrestation à la maison. Ils n'ont rien fait de mal, ils sont juste venus ici pour travailler. Ça doit être très étonnant pour eux, qu'ils puissent avoir un test au Mexique avec un résultat le lendemain et qu'ici ça fait 25 jours qu'ils sont en isolement, explique la consultante en recrutement international.

Marilyn Clark souriante en veston.

Marilyn Clark, consultante pour Port to Port Immigration Services

Photo : Gracieuseté de Marilyn Clark

Besoins criants à l’usine

Le gouvernement fédéral oblige les employeurs de travailleurs étrangers permanents de les payer au moins 30 heures par semaine durant la période de quarantaine.

C’est tout de même bien moins que les quelque 50 heures que Mario Luis Castillo travaillerait chez Crustacés Baie-Trinité.

Le salaire, l’hébergement et la nourriture de travailleurs en quarantaine sont une dépense importante pour l’employeur, qui manque cruellement de main-d'œuvre en début de saison du crabe des neiges.

Le gestionnaire de l’usine, René Roussy, explique que la quarantaine des travailleurs met aussi de la pression sur leurs collègues au travail. L’usine a même été obligée à un certain moment de vendre du crabe non transformé en raison d’un manque de travailleurs, entraînant une perte de profits.

M. Roussy avoue sa grande frustration par rapport à l'entreprise Switch Health. Il a lui-même tenté avec beaucoup de difficulté de contacter la compagnie ontarienne afin de comprendre pourquoi les résultats prenaient autant de temps à lui parvenir.

Sans commenter ce cas spécifiquement, un représentant de Switch Health reconnaît que la période d'attende de 25 jours va bien au-delà des délais souhaités pour le traitement des tests.

Il explique que l'acheminement des échantillons et la reprise de tests défaillants engendrent parfois des retards dans le processus de dépistage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !