•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les eaux de la centrale de Fukushima seront déversées dans le Pacifique dans deux ans

Une vue aérienne de la centrale nucléaire.

La centrale nucléaire de Fukushima a été le théâtre d'un accident en 2011. Elle doit maintenant être démantelée.

Photo : Reuters / KYODO

Associated Press

Le gouvernement japonais a annoncé mardi que l'eau radioactive décontaminée provenant de la centrale nucléaire de Fukushima sera déversée dans l'océan Pacifique dans deux ans.

Cette décision a rapidement été condamnée par les pêcheurs de la région, les résidents et les voisins du Japon.

La décision était attendue de longue date, mais elle était retardée en raison de la colère qu'elle suscite et de préoccupations liées à la sécurité. Elle a été prise lors d'une rencontre du gouvernement japonais, qui estime qu'il s'agit de la meilleure option.

L'eau qui s'accumule est stockée depuis 2011 dans des réservoirs sur le site de la centrale de Fukushima Daiichi, dont les réacteurs ont à ce moment été endommagés par un tremblement de terre et un tsunami.

L'eau de refroidissement a alors été contaminée et a commencé à fuir. Les capacités de stockage maximales de la centrale seront atteintes à la fin de l'an prochain.

M. Suga prenant la parole au micro, attablé avec son cabinet.

Le premier ministre japonais Yoshihide Suga participant à une réunion du conseil des ministres à sa résidence officielle de Tokyo.

Photo : Reuters / KYODO

Le premier ministre Yoshihide Suga a dit que le déversement dans l'océan est l'option la plus réaliste et qu'on doit se débarrasser de l'eau pour pouvoir démanteler la centrale, un projet qui prendra des dizaines d'années.

Il a assuré que le gouvernement mettra tout en oeuvre pour vérifier que l'eau est sécuritaire et pour venir en aide à l'agriculture, aux pêcheries et au tourisme de la région.

Une eau traitée, pas radioactive

Le gestionnaire de la centrale, Tokyo Electric Power Co., et le gouvernement expliquent que le tritium, qui est inoffensif en petites quantités, ne peut être éliminé de l'eau, mais que les concentrations de tous les autres radionucléides ciblés peuvent être abaissées à des niveaux permettant le rejet de l'eau dans l'environnement.

Des scientifiques préviennent qu'on ne sait rien des conséquences à long terme pour la vie marine d'une exposition à de telles quantités d'eau faiblement contaminée.

Le gouvernement met l'accent sur la sécurité de l'eau, affirmant qu'il s'agit d'eau traitée et non radioactive, même si les concentrations de radionucléides peuvent seulement être réduites et non complètement éliminées. La quantité de matériel radioactif qui persisterait dans l'eau n'est pas connue.

Le rejet de l'eau dans l'océan serait la solution la plus réaliste, selon un comité gouvernemental qui s'est penché sur la question pendant près de sept ans.

Selon le plan adopté par le gouvernement mardi, TEPCO commencera à rejeter l'eau dans environ deux ans, après avoir construit un édifice et élaboré des procédures qui respectent les normes de sécurité.

Le plan affirme que le rejet de l'eau ne peut être remis à plus tard, et qu'il est essentiel pour améliorer l'environnement autour de la centrale et permettre aux résidents d'y vivre en sécurité.

Une gifle pour les pêcheurs

Des résidents, des représentants des pêcheurs et des groupes environnementaux affirment tous que la décision fait fi de la santé et de la sécurité environnementales, et qu'elle nuira encore plus à l'image et à l'économie de Fukushima.

Un représentant des pêcheurs locaux, Hiroshi Kishi, a dit que l'annonce de cette décision, moins d'une semaine après sa rencontre avec M. Suga, piétine tous ceux qui vivent de la pêche au Japon.

Les pêcheries locales reprennent à peine leurs activités après une décennie pendant laquelle leurs prises ont seulement servi à des tests, et elles peinent à survivre à une chute de la demande.

Des manifestants se sont massés devant le bureau du premier ministre pour réclamer l'annulation du projet.

Un vieil homme masqué, au milieu de la foule, lève le poing en guise de contestation.

Des manifestants se sont fait entendre mardi à Tokyo pour dénoncer la décision du gouvernement.

Photo : Associated Press / Eugene Hoshiko

Environ 70 % de l'eau dans les réservoirs est trop contaminée pour être rejetée dans l'environnement. Elle devra donc être retraitée et diluée avec de l'eau de mer auparavant, explique le rapport.

Des calculs préliminaires indiquent qu'il faudra près de 40 ans pour rejeter toute l'eau dans l'océan, mais que l'opération sera terminée bien avant que la centrale n'ait été entièrement démantelée.

Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Rafael Mariano Grossi, a dit dans une vidéo que le rejet dans l'océan respecte les pratiques internationales, tout en admettant que la quantité énorme d'eau à la centrale de Fukushima en fait une affaire unique et complexe.

Mécontentement à Séoul et à Pékin

La Chine et la Corée du Sud ont réagi fortement à la décision de mardi.

Un ministre sud-coréen, Koo Yun-cheol, a dit que le plan est absolument inacceptable et a demandé au Japon de dévoiler comment l'eau sera traitée et sa sécurité vérifiée. La Corée du Sud interdit l'importation de fruits de mer provenant de certaines régions du Japon depuis 2013 et pourrait resserrer cette mesure.

La Chine a décrié une décision extrêmement irresponsable, accusant le Japon de ne pas respecter la santé des pays voisins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !