•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pélican blessé survit à l’hiver albertain grâce à un cousin du poisson rouge

Deux pélicans blancs couchés sur la rive.

Deux pélicans blancs aperçus au lac Frank, dans le sud de l'Alberta.

Photo : Brian Keating

Radio-Canada

Un pélican blanc d'Amérique blessé survécut à l’hiver albertain grâce à une espèce de poissons envahissante dans le lac Frank, situé dans le sud de la province.

C’est un auditeur de l’émission de radio The Homestretch de CBC qui a attiré l’attention du naturaliste Brian Keating vers un pélican blanc d'Amérique solitaire dans le sud de l’Alberta, qui n’avait pas été capable de migrer vers le sud en raison d’une blessure.

Mardi dernier, le naturaliste, accompagné de sa femme, a localisé le pélican au lac Frank, situé à l’est de High River.

Brian Keating a vite vu que l’oiseau n’était plus seul. Il avait retrouvé ses semblables, revenus en Alberta après leur migration.

Il était là, avec de nouveaux copains. Il n’était plus seul, a raconté Brian Keating.

Les données de la plateforme eBird, sur laquelle les ornithologues publient leurs observations, indiquent que le pélican blessé a été aperçu en Alberta tout au long de l’hiver.

Pourtant, explique Brian Keating, cette espèce d’oiseaux migre normalement vers le sud pour éviter les rudes hivers albertains.

Le naturaliste ajoute qu’après avoir consulté ses collègues, les naturalistes Chris Fisher et Greg Wagner, il pense que l’oiseau a été blessé par un prédateur, par la chevrotine d’un chasseur ou encore lors d'une collision avec un câble électrique.

Survivre à l'hiver

Ce qui est étonnant, selon lui, est que le pélican a réussi à trouver de la nourriture, même pendant la vague de froid de février.

Il explique que cela peut s’expliquer par le flux d’eaux usées provenant de la ville de High River, qui se déverse dans le lac Frank.

Selon lui, cette eau se déverse à longueur d’année sans geler, ce qui a permis au pélican de se nourrir.

[Il y a] une espèce de poissons introduite appelée carpe prussienne, qui se retrouve en grand nombre dans le lac. Ils [les poissons] grouillent toujours autour du tuyau duquel se déverse l’eau, explique Brian Keating.

La carpe prussienne s'apparente au poisson rouge. Elle a été introduite dans l’écosystème albertain après y avoir été relâchée illégalement, selon le site du gouvernement albertain.

Une carpe prussienne dans une main.

La carpe prussienne ressemble à un très gros poisson rouge, à l’exception de la couleur; elles sont plutôt argentées.

Photo : Brian Keating

Brian Keating affirme que Greg Wagner a pu confirmer que le pélican pouvait prendre place sur une pierre près de l'arrivée d'eau et se pencher pour pêcher lorsqu’il avait faim.

L’oiseau a même été aperçu flottant sur l’eau durant les vagues de froid de l’hiver en plongeant nonchalamment son bec à l’eau pour attraper des carpes.

Quant à sa blessure, Brian Keating affirme que le pélican a été aperçu en train de faire de petits vols autour du lac.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !