•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du renfort demandé en gastro-entérologie

Un médecin vêtu de son sarrau, avec un stétoscope lui tombant sur les épaules.

Un médecin.

Photo : Getty Images / Joe Raedle

Radio-Canada

Devant les problèmes d'effectifs en gastro-entérologie au Saguenay-Lac-Saint-Jean, un médecin spécialiste de l’hôpital de Chicoutimi souhaite que l’Association des gastro-entérologues du Québec (AGEQ) corrige le tir rapidement pour répondre aux demandes de la population.

Le gastro-entérologue est un médecin spécialiste qui traite le dysfonctionnement du système digestif.

Même si la région a droit à cinq gastro-entérologues, tel que le prévoit le Plan d’effectifs médicaux régionaux (PREM) qui vise à assurer à la population une plus grande équité d’accès aux services médicaux, ils sont présentement seulement deux sur l’ensemble du territoire à offrir cette spécialisation.

Au cours des derniers mois, la région a perdu les services de deux médecins dans ce département. L’un est décédé alors que le second est absent pour une durée indéterminée. Et comme le cinquième poste ne doit pas être pourvu avant janvier 2022, il ne reste donc que deux gastro-entérologues pour toute la région.

On se trouve à pallier une offre de service avec des joueurs qui ne sont pas ceux qui devraient pallier à mon sens. Il n’y a pas d’historique de remplacement systématique par l’Association des gastro-entérologues, ce qui nous mettait un peu dans une situation difficile et qui met mes collègues et moi-même un peu mal à l’aise, a reconnu le Dr Jean-Luc Houde, chef local du service de chirurgie générale de l’hôpital de Chicoutimi, en entrevue à Radio-Canada.

L'extérieur de l'hôpital de Chicoutimi.

L'hôpital de Chicoutimi

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Ce dernier a envoyé une lettre à l’AGEQ pour mettre cette problématique en relief, déplorant la proposition presque insultante qui a été faite par des des gastro-entérologues de Québec de faire des suivis téléphoniques pour les patients de la clinique.

La solution, à court terme, c’est vraiment d’avoir du remplacement de l’extérieur de façon constante avec un suivi des patients et non pas un suivi à distance comme il a été offert par certaines personnes, a mentionné le Dr Houde.

L’association provinciale assure que toutes les solutions seront étudiées. De son côté, le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean a bon espoir de combler rapidement le poste vacant laissé libre à la suite du décès. À court terme, d’autres avenues sont envisagées.

L’une des solutions envisagées consiste, entre autres, à offrir des consultations à distance par des gastro-entérologues de la région de Québec afin d’accélérer le la prise en charge de patients sur la liste d’attente. Le CIUSSS souhaite rassurer la population quant au maintien de son offre de services en gastro-entérologie, grâce aux efforts déployés par ses équipes en place, en collaboration avec l’AGEQ, le MSSS et la Fédération des médecins spécialistes du Québec, a réagi le CIUSS par le biais de son conseiller en relations médias, Pierre-Alexandre Maltais.

D'après les informations d'Annie-Claude Brisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !