•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des groupes communautaires organisent la vaccination des 18+ dans les quartiers à risque

Doug Ford met un masque des Maple Leafs lors d'un point de presse, le 8 février.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a nié que le plan de vaccination semait la confusion. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

La Presse canadienne

Des groupes communautaires et de grands employeurs seront sollicités pour organiser des cliniques de vaccination contre la COVID-19 pour les résidents de 18 ans et plus dans certains quartiers " à risque ", a déclaré mardi le premier ministre Doug Ford.

M. Ford a annoncé il y a quelques jours que tous les adultes qui habitent dans des régions identifiées par leur code postal sont éligibles à la vaccination. Cette annonce a suscité la frustration des résidents de ces zones puisqu’ils n'ont pas pu trouver de précisions au sujet du plan de vaccination.

Or, mardi, M. Ford a tenté d’apporter des précisions. Il a déclaré que des équipes mobiles et des cliniques spontanées dirigées par des groupes confessionnels, des organisations communautaires et de grands employeurs seront utilisées pour administrer les vaccins aux résidents des 114 régions désignées, en commençant par des quartiers spécifiques de Toronto et de la région de Peel.

La sensibilisation de la communauté sera menée par les meilleures personnes pour ce travail... ce sont les personnes qui ont des relations solides avec la communauté environnante, a-t-il déclaré. Ce sont les personnes qui peuvent établir la confiance pour combattre l'hésitation à se faire vacciner et protéger les plus vulnérables.

Les rendez-vous dans ces cliniques ne seront pas disponibles sur le portail de réservation provincial et le gouvernement a dirigé les personnes vers leur unité de santé publique locale pour plus de détails.

Le gouvernement a également indiqué qu'il demanderait aux grands employeurs de financer les cliniques organisées dans leurs entreprises et d'offrir également des vaccins aux membres de la communauté entourant leurs installations. La province n'a pas été en mesure de dire immédiatement combien le fonctionnement de ces cliniques coûtera aux employeurs.

Les cliniques communautaires s'ajoutent aux rendez-vous de vaccination offerts par le portail provincial de réservation aux personnes âgées de 50 ans et plus vivant dans les codes postaux des points chauds de Toronto et de Peel.

M. Ford a nié que le plan de vaccination des points chauds, avec ses multiples couches, soit source de confusion.

Pour les personnes qui trouvent que c'est déroutant, je dois vous dire que 2,8 millions de personnes ne l'ont pas trouvé déroutant, a-t-il dit, en faisant référence au nombre de personnes qui ont actuellement réservé leur vaccin. Les 3,3 millions de personnes que nous avons vaccinées n'ont pas trouvé cela déroutant. Donc, si je fais bien le calcul, nous en sommes à bien plus de six millions de personnes qui n'ont pas trouvé cela déroutant. Les amis, c'est très, très simple.

La cheffe du NPD, Andrea Horwath, a déclaré que le déploiement du vaccin dans la province a été bâclé et peu clair.

Je pense qu'il est honteux que le premier ministre continue de pointer du doigt les Ontariens au lieu d'intervenir et de réparer le gâchis qu'il a fait ici, a-t-elle dit.

Le chef du Parti vert, Mike Schreiner, a accusé M. Ford de mentir aux Ontariens en prétendant que le processus de réservation des vaccins est simple.

Quelques jours après que le premier ministre ait finalement annoncé des vaccinations ciblées sur les points chauds, les gens n'ont toujours aucune idée de la façon de se faire vacciner, a-t-il dit. Il y a une confusion massive - c'est la faute du premier ministre, pas des citoyens.

L'Ontario a également déclaré mardi que les travailleurs de l'éducation qui travaillent ou vivent dans les codes postaux des points chauds de Toronto et de Peel recevront une lettre d'admissibilité de leur conseil scolaire local leur permettant de se faire vacciner.

Ces travailleurs peuvent prendre rendez-vous sur le portail provincial de réservation à partir de mardi. Le gouvernement a indiqué que le programme sera étendu à d'autres points chauds, à une date qui reste à déterminer.

Le plan révisé ne fait toutefois pas avancer les travailleurs en garderie dans la file d'attente pour l'admissibilité. Ils doivent toujours se faire vacciner plus tard au printemps.

L'effort de vaccination de la province progresse alors que les cas de COVID-19 continuent d'augmenter.

L'Ontario a établi un autre record mardi pour le nombre de patients atteints du virus dans les unités de soins intensifs - 626 - et a signalé 1822 personnes hospitalisées en raison du COVID-19.

Elle a également signalé 3670 nouveaux cas de COVID-19 mardi et 15 décès supplémentaires liés au virus.

La ministre de la Santé Christine Elliott a déclaré mardi que la province continue d'explorer les options permettant de créer une plus grande capacité dans les hôpitaux et de trouver de nouveaux travailleurs pour les unités de soins intensifs, y compris des travailleurs de l'extérieur de l'Ontario.

En ce qui concerne la main-d'œuvre, s'il y a des équipes disponibles qui pourraient venir notamment des provinces de l'Atlantique, nous envisageons certainement cette option, a-t-elle déclaré.

Plus tôt mardi, le Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario a déclaré que, pour la première fois de son histoire, il se préparait à accepter de jeunes adultes dans ses services de soins intensifs en raison de la montée en flèche du nombre de cas de COVID-19.

Le Hospital for Sick Children de Toronto a pris une décision similaire lundi.

L'Ontario a également annoncé mardi que deux livraisons du vaccin Moderna, qui devaient arriver en avril, ont été retardées d'une semaine chacune.

Au total, 3 310 157 doses de vaccin ont été administrées dans la province jusqu'à présent.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !