•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des consultations annoncées sur l’avenir de l’éducation au Manitoba

Le ministre assis sur une table avec des documents devant lui.

Le ministre de l'Éducation, Cliff Cullen.

Photo : CBC/Radio-Canada

Dans la foulée de l’annonce d’une refonte du système éducatif au Manitoba, le ministre de l’Éducation, Cliff Cullen, annonce mardi une série de consultations afin de créer une « feuille de route » pour la transformation de l’éducation.

Au cours des dernières semaines, le ministre affirme avoir reçu beaucoup de commentaires de parties prenantes en éducation.

Bon nombre de thèmes sont survenus, les Manitobains savent que le système doit changer, ils savent que nous devons nous assurer de soutenir les salles de classe, et nous sommes d’accord, affirme Cliff Cullen en conférence de presse.

Ça veut dire plus d’enseignants, plus d’auxiliaires et plus de cliniciens pour nos élèves, poursuit-il, en notant que les Manitobains réclament des voix fortes locales et la participation des parents.

Ainsi, le ministre annonce la création d’un groupe de travail sur l’engagement des parents. Ce groupe tiendra 15 consultations régionales dans diverses régions du Manitoba, afin de déterminer des pistes pour améliorer la voix et l’engagement des parents tout en respectant leur [contraintes de] temps, selon le ministre.

Il sera composé d’élus provinciaux, de parents, et de leaders du secteur scolaire et communautaire et tiendra aussi des ateliers avec des conseils consultatifs des parents, pour explorer leur engagement.

Le ministre annonce aussi qu’il entreprendra une tournée d’écoute des enseignants, afin de recueillir des idées sur la transformation du système éducatif.

Plus de 320 enseignants ont déjà fourni une rétroaction à la province au sujet de la refonte de l’éducation, annoncée à la mi-mars, note Cliff Cullen. Ce processus sera inclusif, équilibré, souple et transparent, lance-t-il.

Cliff Cullen n’a fourni aucun échéancier précis pour les consultations, outre une indication que les conclusions seront présentées au public en septembre. Il n’a pas non plus fourni de détails sur la manière dont les membres du groupe de travail seront sélectionnés, ou sur le coût de l’initiative.

En réponse à une question d’un journaliste qui rappelait que de longues consultations avaient déjà été tenues dans le cadre du rapport de la Commission sur l'éducation de la maternelle à la 12e année du Manitoba, le ministre a fait valoir que ces deux consultations ont des vocations différentes.

Le rapport [de la commission] portait sur les objectifs. [Ces nouvelles consultations] servent à tracer une feuille de route pour atteindre ces buts, affirme-t-il.

Réforme de la gouvernance

Le ministre ajoute que ces consultations ne s’inscrivent pas dans le projet de loi 64 sur la modernisation de l'éducation, qui porte plutôt sur la gouvernance.

Cliff Cullen a dévoilé à la mi-mars le rapport de la Commission sur l'éducation de la maternelle à la 12e année du Manitoba. Il était initialement attendu à la fin du mois de mars 2020, mais a été reporté en raison de la pandémie.

En s’appuyant sur le rapport, la province entreprend une réforme majeure de la gouvernance de l’éducation. Le projet de loi 64 sur la modernisation de l'éducation prévoit d'unifier 37 divisions scolaires en une seule entité appelée Autorité provinciale de l'éducation, tout en maintenant la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM).

Au sein de cette nouvelle autorité provinciale, 15 régions seront créées et mettront l’accent sur les besoins locaux.

La province souhaite avoir un conseil consultatif provincial et des conseils communautaires nommés par le gouvernement pour chaque école. Le conseil consultatif serait composé de 6 à 11 personnes et au moins 2 des membres devront être les parents d'élèves actuels des écoles publiques.

L'autorité scolaire provinciale sera chargée de fournir des programmes éducatifs de la maternelle à la 12e année, de rendre compte annuellement des résultats des évaluations et de s'assurer que les écoles préparent des plans annuels.

Le gouvernement se donne un calendrier de cinq ans pour finaliser cette réforme. La nouvelle administration scolaire provinciale devrait pour sa part être en place à temps pour l’année scolaire 2022.

Cliff Cullen soutient que ces changements pourraient permettre d’économiser 40 millions de dollars qui seraient ensuite redistribués dans le système éducatif.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !