•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un accès prioritaire aux vaccins demandé au centre de détention de Regina

En une semaine, les cas de COVID-19 ont triplé au centre correctionnel de Regina.

Le centre correctionnel provincial de Regina, photographié en hiver.

Il y a présentement 70 cas actifs au centre correctionnel provincial de Regina. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Devant la hausse des cas de COVID-19 au centre de détention de Regina, le Syndicat des employés du gouvernement de la Saskatchewan (SGEU) demande un accès prioritaire à la vaccination pour le personnel et les détenus.

Les plus récentes statistiques émises par le gouvernement affirment que 57 de ces détenus avaient reçu des tests positifs pour la COVID-19, en date de lundi. Ce qui s’ajoute aux 13 membres du personnel qui ont également contracté le virus.

Selon SGEU, plus de 400 employés et près de 670 détenus se trouvent au centre correctionnel de Regina.

Une semaine plus tôt, le total s’élevait à 17 cas positifs auprès des détenus et de 5 du côté des employés.

Par courriel, le ministère des Services correctionnels, de la Police et de la Sécurité publique de la Saskatchewan dit recenser 2200 employés dans les centres de détention provinciaux, destinés aux mineurs comme aux adultes. Sur les 2000 détenus répartis dans ces établissements, seulement 7 d’entre eux ont reçu une dose de vaccination.

Pas sur la liste

Lundi, le gouvernement de la Saskatchewan a annoncé des modifications à son plan de déploiement de vaccinations, établi principalement en fonction de l’âge.

Parmi les exemptions faisant fi de la date de naissance, on retrouve les premiers répondants, les travailleurs de la santé de première ligne, le personnel en pharmacie ainsi que certains employés d’épiceries.

Les employés et les détenus du milieu carcéral ne se retrouvaient nulle part dans cette mise à jour, même si les cas ont triplé en une semaine au centre correctionnel de Regina.

Selon le président du comité de négociation des membres de la fonction publique et employés du gouvernement, Barry Nowoselsky, cette omission augmente le risque de contagion au sein des membres du personnel, de leurs familles et de leurs communautés.

Le gouvernement l’a échappé, et là, il est question de vie ou de mort pour ces gens-là.

Une citation de :Barry Nowoselsky, président du comité de négociation des membres de la fonction publique et employés du gouvernement

En refusant de privilégier les détenus et le personnel des centres de détention, la province accepte tacitement que la COVID-19 se répande au sein de ces établissements.

Personne ne devrait avoir à mourir pour qu’ils se décident enfin à faire la bonne chose, c'est-à-dire de finalement vacciner ces gens, affirme Barry Nowselsky.

Selon lui, l’impact de ces éclosions se fait sentir bien au-delà des seuls murs des centres de détention.

Quand le personnel rentre à la maison, c’est la communauté entière qui est à risque d’infection. Et le fait que le gouvernement laisse ça aller est tout simplement irresponsable.

Deux fois plutôt qu’une

Le SGEU affirme avoir envoyé deux requêtes au gouvernement provincial. La première, afin de faciliter le déploiement de tests rapides sur une base volontaire dans les centres de détention tandis qu’une autre demande souhaitait voir le gouvernement accorder un statut prioritaire aux vaccinations pour les détenus et le personnel de tous les centres correctionnels.

Lors de la conférence de presse hebdomadaire de mardi, le ministre de la Santé, Paul Merriman, a rappelé que les employés des centres correctionnels de la province ne sont pas exclus du plan de vaccination. Le ministre encourage ceux et celles admissibles en raison de leur âge à se présenter à une clinique de vaccination au volant ou à prendre rendez-vous pour recevoir le vaccin.

Paul Merriman souligne qu’il consultera le médecin hygiéniste en chef, Dr Saqib Shahab, afin de savoir si des modifications au plan de vaccination sont nécessaires.

Il ajoute que son ministère n’est au courant que de deux éclosions à travers les établissements carcéraux de la province et précise que les autorités sanitaires suivent attentivement l’évolution de la situation tout en s’assurant que les protocoles de sécurités sanitaires soient respectés.

M. Merriman affirme également que la nature même des centres correctionnels offre l’opportunité de séparer les personnes à travers différents endroits afin d’assurer la santé et la sécurité de tous.

Un document de l'Autorité de la santé de la Saskatchewan précise qu'elle espérait faire vacciner les détenus et le personnel des centres correctionnels dans le cadre de la phase 2 du déploiement du vaccin, phase qui comprenait les résidents et le personnel des espaces de vie partagés. Selon cette mesure, les vaccins auraient déjà dû être administrés, explique-t-il.

Un courriel du ministère des Services correctionnels, de la Police et de la Sécurité publique avance que celui-ci travaille avec le ministère de la Santé et l’Autorité de la santé de la Saskatchewan afin de faciliter les vaccinations au sein des centres de détentions provinciaux.

Visitez notre dossier sur les vaccins contre la COVID-19.

Comparaison avec le Canada

Le Service correctionnel du Canada s’occupe des centres de détention à l'échelle nationale. Sur son site web, celui-ci affirme que 600 détenus considérés comme étant plus à risque ont déjà été vaccinés et que l’ensemble des détenus devrait avoir accès à une première dose d’ici la mi-avril.

Les résidents et le personnel d’espaces de vie commune, tels que les centres de détention, sont considérés comme prioritaires au sein de la phase 2, puisque ceux-ci vivent dans des environnements à haut risque.

Avec les informations de Colleen Silverthorn

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !