•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève des enseignants en Mauricie-Centre-du-Québec

Une classe vide à Cali, en Colombie, où le gouvernement a décidé la suspension des cours dans les écoles publiques.

Les classes commenceront plus tard.

Photo : afp via getty images / LUIS ROBAYO

Radio-Canada

À compter de minuit ce soir (13 avril) et jusqu’à 9h30 demain matin (14 avril), 73 mille enseignants du Québec seront en grève pour dénoncer la lenteur des négociations avec le gouvernement. Les enseignants de la Mauricie et du Centre-du-Québec rejoindront le mouvement. Les enfants devront se présenter à l’école plus tard qu’à l’habitude.

Les Centres de services scolaires du Chemin du Roy, de l'Énergie et de la Riveraine demandent aux parents d’accompagner eux-mêmes les élèves à l’école, mais pas avant 9h30. Il n’y aura pas de service de garde, ni de transport scolaire. Organiser un transport scolaire spécial pour cette journée aurait demandé une très grande logistique. Un autobus peut être utilisé trois fois dans trois circuits différents. C’est impossible d’emmener tous les élèves pour 9h30. Également, changer les parcourt juste pour un matin, c’est clair que c’est un très haut niveau de risque d’oublier des élèves au coin de la rue. a fait valoir Denis Lemaire, directeur général du Centre de services scolaires de l’Énergie à l’émission En direct.

Un autobus scolaire sur la route.

Les autobus ne conduiront pas les élèves le matin.

Photo : CBC / Brian Higgins

Les parents ont été informés par courriel des changements à apporter pour la matinée. Au Centre de services scolaires du Chemin-du-Roy, on a même planifié différentes heures d’arrivée pour les enfants. On a donné trois heures d’entrées pour le primaire et cinq heures d’entrées pour le secondaire, pour pas qu’on se ramasse avec un bouchon. expliquait en ondes le directeur général du Centre de services scolaires du Chemin-du-Roy, Luc Galvani.

Des professeurs en désaccord

Certains enseignants ne souhaitent pas se présenter sur les piquets de grève. Guy Brousseau, enseignant en anglais à l’école secondaire Jean-Nicolet, a déclaré à Radio-Canada qu’il respecte ceux qui feront la grève, mais il trouve que le moment est mal choisi : Je suis très solidaire à la cause, par contre les moyens [...] le "timing" est mauvais. Les élèves ont manqué beaucoup d’écoles depuis 13 mois maintenant, depuis le 13 mars 2020. Plusieurs niveaux sont une journée sur deux. Je trouve que les parents ont aussi beaucoup souffert de ça. Il croit que même si la grève se termine à 9h30, plusieurs enfants risquent de s’absenter de l’école.

Une personne parle au micro du journaliste de Radio-Canada.

Guy Brousseau est enseignant à l'école secondaire Jean-Nicolet

Photo : Radio-Canada

Pour la présidente du Syndicat de l’enseignement des Vieilles-Forges, Claudia Cousin, il n’y a jamais de bon moment pour faire la grève: La pandémie présentement, elle nous a prouvé toutes les difficultés qu’on connaissait déjà dans notre système d’éducation.

La présidente du Syndicat de l’enseignement des Vieilles-Forges, Claudia Cousin, répond aux questions du journaliste de Radio-Canada.

La présidente du Syndicat de l’enseignement des Vieilles-Forges, Claudia Cousin

Photo : Radio-Canada

Les enseignants demandent une meilleure composition des classes, l’ajout de services aux élèves, un allègement de leur tâche et des augmentations salariales Ils sont sans convention collective depuis plus d’un an et la Fédération des syndicats d’enseignement-CSQ estime que les offres patronales sont insuffisantes.

La grève peut avoir lieu

Hier, les Centres de services scolaires du Québec se sont tournés vers le Tribunal administratif du travail (TAT) pour tenter d’empêcher la tenue de cette grève. Mais en milieu d'après-midi, le TAT a confirmé qu’une entente est intervenue en conciliation entre les parties et que le tribunal ne rendra pas de décision donc que la grève aura lieu.

Avec les informations d’Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !