•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parcs Canada souhaite récupérer le terrain où habitait Jackie Vautour

Une roulotte sur un terrain extérieur.

Le militant Jackie Vautour a toujours refusé de quitter ce terrain situé dans le parc Kouchibouguac, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Yvonne Vautour, la conjointe du défunt militant Jackie Vautour, a reçu une lettre du parc Kouchibouguac expliquant que le parc lui fournira l’aide dont elle a besoin pour déplacer ses effets personnels et sa résidence.

Jackie Vautour, connu pour sa lutte contre l’expropriation de 1200 familles du parc Kouchibouguac, s’est éteint en février dernier.

Quelle honte d’envoyer une telle lettre à ma mère qui vient de sortir d’un deuil, déclare son fils, Edmond Vautour.

Ça fait juste deux mois [depuis le décès]. De recevoir une telle lettre, je ne peux pas m’imaginer comment elle se sent en dedans d’elle.

Le couple est debout dans la cuisine.

Jackie Vautour et son épouse, Yvonne, dans leur cabane dans le parc national Kouchibouguac en 2016.

Photo : Radio-Canada / Amélie Gosselin

La lettre indique qu'Yvonne Vautour ne réside plus sur le terrain et qu’elle n'est pas en mesure d'y vivre seule.

Edmond Vautour confirme que sa mère n’y habite pas pour l’instant, mais il ajoute elle compte s’y installer prochainement. Les membres de la famille ont d’ailleurs conclu qu’ils se relaieront pour l’aider.

L’avocat de la famille doit envoyer une réponse à Parcs Canada pour les informer qu’elle n’a pas l’intention de quitter le parc Kouchibouguac.

Une bataille qui n’est pas encore terminée

Dans la lettre de Parcs Canada, il est écrit que Jackie Vautour pourra être inhumé dans le parc, si la famille le souhaite.

Cette offre a aussi été qualifiée de honteuse par Edmond Vautour, qui déclare que Parcs Canada a laissé son père sans électricité et dans des conditions invivables pendant cinquante ans.

Non, ce n’est pas de leurs affaires où est-ce qu’on va enterrer notre père, ajoute-t-il.

Edmond Vautour.

Edmond Vautour, le fils du militant acadien Jackie Vautour.

Photo : Radio-Canada

Avant son décès, Jackie Vautour avait demandé à la Cour Suprême de faire reconnaître les droits territoriaux des métis.

Son fils Edmond affirme qu’il poursuit la bataille entamée par son père il y a un demi-siècle. On tombe encore dans la même bataille. C’est comme un rêve qui n’a rien de nouveau, conclut-il.

Parcs Canada n'a pas accordé d'entrevue sur cette affaire, mardi.

D’après le reportage de Frédéric Cammarano

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !