•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TREQ repousse sa date de lancement en raison de la pandémie

Un avion dans un hangar.

Un avion aux couleurs de TREQ dans le cadre d'une vidéo promotionnelle.

Photo : Capture d'écran

Radio-Canada

En raison de la pandémie de COVID-19, la Coopérative de transport régional du Québec TREQ ne sera pas en mesure de débuter ses vols le 1er mai tel qu'annoncé précédemment.

L'organisation affirme que le contexte de la 3e vague de la pandémie n'est vraiment pas propice au lancement de ses activités. TREQ vise à offrir des liaisons à bas prix entre les régions du Québec.

Selon le président du conseil d'administration de TREQ, Éric Larouche, le projet n'est pas menacé. On pourrait démarrer le 1er mai, mais démarrer avec des vols vides, est-ce que ça nous donnerait des conditions gagnantes pour être capables de réussir? Il faut quand même aussi jouer notre rôle de gestionnaire puis aller avec une logique intelligente, a indiqué l'homme d'affaires saguenéen.

On a donné une date, mais la date "tentative", quand on lance un projet, une start-up, on se dit qu'on aimerait ça démarrer là, mais encore faut-il que les conditions soient bonnes pour être capables d'y arriver.

Une citation de :Éric Larouche, président du conseil d'administration de TREQ

Éric Larouche affirme qu'une entente a été prise avec un transporteur et qu'une annonce sera faite d'ici deux semaines pour préciser à quel moment les vols interrégionnaux pourront démarrer. En février, Radio-Canada avait révélé que TREQ ferait appel à un sous-traitant possédant tous les permis requis pour faire voler ses avions Bombardier Q400. Sur le site de TREQ, il est question du dévoilement des premières dessertes pour l'été-automne 2021.

Par ailleurs, TREQ est à compléter son financement. Au départ, la coopérative croyait avoir besoin de 90 millions de dollars, mais pourrait finalement nécessiter moins d'argent puisque le marché de l'aviation a changé depuis. Déjà en janvier, il était question de 60 millions, selon ce qui avait été mentionné à Radio-Canada Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

De la place avec Air Canada, estime Promotion Saguenay

Lundi, le gouvernement fédéral et Air Canada annonçaient une entente de financement de 5,9 milliards de dollars qui stipule que la compagnie doit reprendre presque toutes ses dessertes régionales. En entrevue avec Radio-Canada Côte-Nord, le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, a dit craindre que cette annonce puisse nuire à des initiatives comme TREQ.

Questionné à ce sujet, l'organisme de développement économique Promotion Saguenay croit qu'il y a toujours de la place pour un nouveau joueur dans le marché des vols entre les différentes villes du Québec.

Le directeur général, Patrick Bérubé, est optimiste face à la concurrence d'Air Canada. On pense que TREQ a la place et peut très bien cohabiter avec Air Canada, évidemment, sur le marché provincial. On a reçu tous les documents nécessaires à l'analyse du dossier de TREQ. On a été impressionnés d'ailleurs par le plan d'affaires que TREQ a déposé. C'est un plan d'affaires ambitieux, mais réaliste. On va se positionner bientôt dans le dossier, a-t-il souligné.

Une aide qui oscillerait autour de 100 000 $ devait être étudiée lors d'une séance du conseil d'administration de Promotion Saguenay le 10 mars dernier. Le point avait cependant été retiré de l'ordre du jour pour pouvoir être étudié plus à fond. Dans ce dossier, Éric Larouche, qui siège également au conseil de Promotion Saguenay, se retire lorsqu'il est question de TREQ. La présidente de Promotion Saguenay, Josée Néron, avait participé à la campagne de lancement pour le recrutement de membres à titre de mairesse de Saguenay.

Air Canada offre présentement deux vols par semaine à Bagotville et compte en offrir trois par semaine en mai. Il est aussi possible de faire la liaison entre Bagotville et Saint-Hubert avec Pascan Aviation les jours de semaine.

Nouveau délai pour Porter

Plus tôt cette semaine, la compagnie torontoise Porter a annoncé que ses avions resteront cloués au sol au moins jusqu'au 21 juin prochain.

Porter avait précédemment fixé au 19 mai la date provisoire de sa reprise. L'entreprise n'offre plus de vols depuis le 21 mars 2020 en raison de la COVID-19.

Avec des informations de Claude Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !