•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan limite les rassemblements aux personnes vivant sous le même toit

La vaccination est élargie aux personnes de 52 ans et plus à travers la province.

Scott Moe, devant un micro, près d'une pancarte «Get Vaccinated».

Scott Moe encourage les Saskatchewanais à se faire vacciner. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Alors que le nombre de cas issus de variants du coronavirus est en hausse, dont plus récemment à Saskatoon, le gouvernement de la Saskatchewan a annoncé mardi la mise en place de nouvelles restrictions pour limiter la propagation du coronavirus.

La province a changé ses directives sanitaires pour limiter les bulles sociales uniquement aux personnes qui vivent sous un même toit. La mesure est en vigueur dès mardi et ce, jusqu'au 26 avril, date à laquelle elle sera réévaluée, comme tous les autres ordres de santé publique.

La mesure ne touche pas les personnes qui vivent seules, les enfants de familles séparées, ou les travailleurs qui œuvrent dans un ménage.

Cette mesure survient un peu plus d’un mois après que la Saskatchewan a annoncé que chaque foyer avait le droit de former une bulle sociale d’environ 10 personnes avec laquelle il était possible de se rassembler à l’intérieur.

Avant mardi, la ville de Regina et quelques municipalités dans ses environs étaient les seuls endroits en Saskatchewan, depuis le 23 mars, où il était interdit de tenir des rassemblements privés intérieurs avec des membres d’un autre ménage.

La province a également annoncé mardi que les lieux de culte de partout en province doivent limiter à 30 personnes le nombre de fidèles au sein de leurs établissements, à compter du vendredi 16 avril. Depuis le 9 mars, les lieux de culte pouvaient accueillir 30 % de leur capacité d’accueil, jusqu’à un maximum de 150 fidèles.

Nous voulions éviter ces restrictions

En conférence de presse mardi, le ministre de la Santé, Paul Merriman, n’a pas caché sa déception face à l’introduction de nouvelles mesures. Nous voulions éviter ces restrictions, a-t-il indiqué. Mais le taux de transmission demeure trop élevé dans certains secteurs de notre province.

Le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan, Saqib Shahab, et le ministre de la Santé ont tous deux affirmé mardi que la transmission de la COVID-19 au sein des ménages est la principale préoccupation.

Le reste de la province n’est pas aussi affecté par la COVID-19 que le sud, a indiqué le Dr Shahab lors d’une présentation au cours de la conférence.

Malgré cela, il a soutenu que la Saskatchewan doit maintenir un taux plus élevé de dépistage à travers la province, alors qu’il est bas dans certaines régions.

Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que notre nombre de cas demeure faibles dans toute la province.

Une citation de :Dr Saqib Shahab, médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan

Le ministre de la Santé, Paul Merriman, indique que, depuis la mise en place des mesures plus strictes à Regina, le nombre de cas de COVID-19 s’est stabilisé dans la capitale provinciale, bien que ce dernier soit toujours élevé.

Il s’attend à ce que la même chose se produise à Saskatoon. Cependant, si le nombre de cas continue d’augmenter dans la Ville des Ponts, le gouvernement n’écarte pas la possibilité de mettre en place davantage de restrictions.

La vaccination étendue aux 52 ans et plus

Dans un autre ordre d’idée, la Saskatchewan étend la vaccination à toutes les personnes âgées de 52 ans et plus à l’échelle de la province à compter de mercredi matin à 8 h.

Les personnes âgées de 48 ans sont maintenant admissibles à la vaccination à la clinique au volant de Regina, selon la SHA mardi soir.

Rectificatif

Une version précédente de ce texte indiquait que la tranche d'âge admissible à la clinique de vaccination au volant de Regina demeurerait inchangée mercredi. Or, mardi soir, l'Autorité de la santé de la Saskatchewan a annoncé que l'âge minimum pour se faire vacciner à cette clinique serait réduit à 48 ans.

Plusieurs changements seront également apportés au plan de vaccination de la Saskatchewan.

Dans son communiqué, la province annonce qu'elle priorisera désormais un plus grand nombre de personnes considérées comme vulnérables, dont toutes les femmes enceintes, les personnes de 16 et 17 ans considérées comme cliniquement extrêmement vulnérables.

Les personnes concernées par cette mesure recevront une lettre d'admissibilité de leur médecin pour la vaccination, a indiqué le gouvernement.

De plus, la vaccination sera étendue à toute personne de plus de 40 ans qui réside dans la zone de l’extrême-nord.

En conférence de presse, Paul Merriman a indiqué que le gouvernement provincial cherche activement à lancer une clinique de vaccination au volant à Saskatoon, comme celle de Regina. Le vaccin d’AstraZeneca y serait offert.

Au sujet du vaccin d’AstraZeneca, le Dr Saqib Shahab a fait mention d'un cas de thrombose récemment détecté au Québec en lien avec une première dose de ce vaccin.

Ce dernier a tenu à rassurer la population que les risques de caillots sanguins à la suite d’une première dose du vaccin d’AstraZeneca sont très faibles, et que le risque de contracter la COVID-19 est beaucoup plus élevé.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !