•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sainte-Justine confie 2000 chirurgies au privé

Le CHU Sainte-Justine se joint au mouvement des hôpitaux qui ont recours au privé pour réduire sa liste d’attente pour des interventions chirurgicales. L’hôpital universitaire compte plus de 3700 enfants en attente, dont plusieurs depuis un an et demi.

La façade de l'hôpital Sainte Justine

L'hôpital Sainte Justine

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Dans un document mis en ligne la semaine dernière, le CHU Saint-Justine (CHUSJ) dévoilait son intention d’octroyer un contrat de gré à gré à une clinique privée de Montréal.

L’établissement souhaite confier 2000 patients pour des chirurgies d’un jour au Centre de chirurgie plastique et esthétique de Montréal.

Les études de marché ont démontré que le Centre de chirurgie plastique et esthétique de Montréal est le seul fournisseur dans la grande région de Montréal capable de répondre à notre besoin, écrit-on dans le document.

Comme l’explique le Dr Marc Girard, directeur des services professionnels au CHUSJ, cette offre nous permettrait d'éliminer l'augmentation du nombre de patients sur la liste d'attente liée à la pandémie et de répondre aux objectifs d'opérer tous les patients en moins de neuf mois après leur inscription sur la liste d'attente.

On veut maintenant donner un blitz.

Une citation de :Dr Marc Girard, directeur des services professionnels au CHUSJ

42 % attendent plus de neuf mois

Selon les dernières données du ministère de la Santé, plus de 40 % des 3700 patients en attente d’une chirurgie au CHUSJ se retrouvent sur la liste depuis plus de neuf mois.

Ce sont surtout des interventions moins complexes, que ce soit en chirurgie générale pédiatrique, en ophtalmologie, en ORL ou en urologie. Aucun cas ne dépasse trois ans.

L’hôpital universitaire pour enfants réalise environ 11 000 interventions chirurgicales par an.

L’impact de la pandémie

Selon le directeur des services professionnels au CHUSJ, la COVID-19 a compliqué l’organisation des services chirurgicaux.

Malgré le faible impact de la COVID-19 chez les enfants, le délestage du printemps 2020 (d'avril à juin), les mesures de surveillance des éclosions (test COVID pré-opératoire), la disponibilité des familles et du personnel qui devaient gérer les activités scolaires et de travail à partir de la maison, les listes d'attente pour des motifs moins prioritaires se sont allongés au-delà des objectifs ministériels autant en nombre qu'en durée d'attente, explique le Dr Girard.

Le manque d'infirmières et la fragilité en inhalothérapie font que les différents blocs opératoires se sont retrouvés dans une certaine difficulté, ajoute-t-il.

Marc Girard parle dans un micro.

Le Dr Marc Girard, directeur des services professionnels au CHU Sainte-Justine, en conférence de presse.

Photo : Radio-Canada

La direction de l’établissement confirme que le manque d’anesthésistes pédiatriques aurait également eu un impact.

L’entente avec le Centre de chirurgie plastique et esthétique de Montréal prévoit que la clinique doit offrir des services d’anesthésie aux usagers [...] le service de ses employés pour l’exécution des chirurgies, infirmiers, inhalos, préposées aux bénéficiaires.

Les médecins spécialistes de l’hôpital s’y rendront pour réaliser les chirurgies.

En entrevue au Téléjournal de Radio-Canada en février, le ministre québécois de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, expliquait que le recours au secteur privé faisait partie des solutions pour contenir les listes d’attente des interventions chirurgicales.

Selon une compilation de Radio-Canada, le total de ces contrats dépasse les 100 millions de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !