•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le docteur Sylvain Leduc s'attend à un prochain mois difficile

Le Dr Leduc parle au micro lors d'un point de presse.

Le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, le docteur Sylvain Leduc (archives)

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

En entrevue pour le téléjournal Est-du-Québec, le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, le docteur Sylvain Leduc, a affirmé qu'il s'attend encore à des semaines difficiles en lien avec la propagation de virus de la COVID-19 et de ses variants dans la région.

Sylvain Leduc a indiqué que la moyenne quotidienne du nombre de cas d'infection est encore élevée, un mois après la confirmation du premier cas lié à un variant dans la région, le 12 mars dernier.

On a une moyenne d'environ 35 cas par jour, ce qui nous amènerait à plus de 1000 cas, quand on se parlera le 12 mai prochain.

Une citation de :Sylvain Leduc, directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent

C'est beaucoup de cas, ajoute-t-il. Ce serait trop, en fait, parce qu'on sait que ce nombre de cas là génère aussi un nombre important d'hospitalisations et comme on l'a vu, des décès également, soulève-t-il.

Selon lui, le prochain mois s'annonce difficile si les Bas-Laurentiens ne changent pas leurs façons de faire.

On va devoir reprendre nos bonnes habitudes.

Une citation de :Sylvain Leduc, directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent

Le docteur Leduc a réitéré que les variants sont des mutations du virus et qu'ils sont plus facilement transmissibles d'une personne à l'autre.

Il s'est cependant dit soulagé de voir que les aînés ont majoritairement reçu leur première dose de vaccin, mais s'inquiète de voir que les variants du virus frappent des personnes plus jeunes qui ne sont pas encore vaccinées.

Sylvain Leduc soutient qu'environ 25 % de la population du Bas-Saint-Laurent a reçu au moins une dose de vaccin.

Il a toutefois tenu à préciser que cela signifie aussi que trois personnes sur quatre ne sont toujours pas protégées contre le virus et que les mesures sanitaires doivent donc toujours être suivies avec attention.

Un dernier mois marqué par les variants

Le docteur Leduc a rappelé que le dernier mois a été difficile sur le plan de la transmission du virus.

Depuis la confirmation de la présence d'un premier cas de variant au Bas-Saint-Laurent, près de 800 résidents de la région ont contracté le coronavirus.

Cinq décès supplémentaires se sont aussi ajoutés au bilan régional, pour un total de 35 depuis le début de la pandémie.

Ce n'est pas le genre de mois qu'on aurait souhaité.

Une citation de :Sylvain Leduc, directeur de la santé publique pour le Bas-Saint-Laurent

Le docteur Leduc a aussi rappelé que l'unité de l'hôpital régional de Rimouski destinée aux patients atteints de la COVID-19 a été rouverte depuis l'arrivée des cas provoqués par des variants après avoir été fermée pendant quelques semaines lorsque les cas d'infection étaient à la baisse.

Le nombre de contacts en hausse

Sylvain Leduc a aussi expliqué que les plus récentes enquêtes épidémiologiques indiquent que les résidents de la région ont augmenté le nombre de contacts quotidiens qu'ils ont avec d'autres personnes.

Il a affirmé que cette augmentation a été notée à partir du mois de février. Une diminution marquée du nombre de contacts avait pourtant été constatée par la santé publique au retour de la période des Fêtes.

Selon le docteur Leduc, certains citoyens ont été surpris par le retour d'une propagation plus soutenue à la mi-mars.

Plusieurs personnes ne croyaient pas que ce virus pouvait revenir en force. Maintenant, on doit prendre acte. [...] On a des moyens pour se ressaisir, a-t-il soutenu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !