•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Conservateurs misent sur Steve Corriveau dans Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou

Steve Corriveau, portant un veston avec une épinglette du Canada, sourit dans une rue de Val-d'Or.

Steve Corriveau, candidat pour le Patri conservateur du Canada dans Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Steve Corriveau défendra les couleurs du Parti conservateur lors du prochain scrutin fédéral dans le comté Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

Originaire de Val-d’Or, l’homme de 54 ans a été choisi par les membres lors d’un vote en ligne, complété le 7 avril dernier.

Steve Corriveau est revenu dans la région depuis quelques mois, après avoir oeuvré dans le monde du tourisme à Québec pendant plusieurs années. Il dit avoir ressenti l’appel de la politique active après l’accession d’Erin O’Toole à la tête du Parti conservateur.

J’ai toujours eu le souci de participer au bonheur des gens autour de moi, affirme-t-il. Je suis aussi un habitué des sauts dans le vide. Quand Erin O’Toole a parlé de l’importance d’avoir des Québécois au sein du gouvernement, je me suis dit, pourquoi pas? C’est un projet qui me tient à coeur. J’ai envie de faire une différence.

Un grand défi

Steve Corriveau n’en est pas à son premier grand défi, lui qui a traversé le Canada en patins à roues alignées en 1995 pour sensibiliser la population à la lutte contre le sida.

Il reconnaît que la pente sera importante à remonter pour les Conservateurs dans le comté. Martin Ferron y avait terminé troisième en 2019 avec 16,5 % des voix.

C’est sûr que je ne pourrai pas faire ça tout seul, précise-t-il. J’aurai besoin de l’aide d’anciens candidats comme messieurs Ferron ou Jean-Maurice Matte. Il faut que les gens y croient. On peut créer une surprise. Il y a un momentum avec l’arrivée d’un nouveau chef, qui sera de plus en plus présent. Je suis allé à la rencontre des gens partout dans le comté depuis quelques semaines et on sent le besoin d’un renouveau économique. Ça passe par avoir un siège au caucus du gouvernement. Ça fait 18 ans que ce n’est pas arrivé. J’aimerais avoir la chance de faire mes preuves.

Steve Corriveau dit par ailleurs ne pas souhaiter d’élections fédérales ce printemps, en pleine campagne de vaccination massive contre la COVID-19, mais il se dit prêt à toute éventualité.

Rappelons aussi que la députée sortante, la bloquiste Sylvie Bérubé, a exprimé son désir de solliciter un deuxième mandat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !