•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le saut à ski pourrait revivre rapidement en Outaouais

L'ancien athlète Jean Séguin est confiant de voir son épreuve de retour à Camp Fortune l'automne prochain.

Un skieur qui saute à Whistler.

Le site de saut à ski à Whistler.

Photo : Reuters / AI Project

Le saut à ski pourrait bientôt revivre en Outaouais. L’ancien athlète, entraîneur et analyste, Jean Séguin, travaille depuis des mois pour ramener son sport de prédilection dans la région. Il pourrait s’installer à Camp Fortune, à Chelsea. 

Une récente rencontre avec les dirigeants du centre de ski et le directeur de la haute performance de Saut à Ski Canada, Nikolai Petrov, s’est bien déroulée et des athlètes pourraient être formés aussi vite que l’automne prochain. 

Ils nous ont octroyé un certain territoire [sur la piste slalom] où il y avait déjà eu du saut à ski. Tout a été démoli, mais on pourrait facilement aménager la piste. Il ne reste presque rien à faire pour le 20 m parce qu’il y a eu des travaux récemment. Le travail serait minime, un peu de remplissage et on est équipé pour ça, dit Jean Séguin, qui précise qu’on a aussi proposé d’aménager le bas de la piste Marshall. 

Jean Séguin donne une entrevue à un journaliste de Radio-Canada.

L'analyste des épreuves de saut à ski, Jean Séguin

Photo : Radio-Canada

Selon l’ancien skieur, l’endroit proposé est le meilleur étant donné l’orientation de la piste.

Le soleil arrive tard à cet endroit. La préparation des tremplins se fait tous les jours alors c’est mieux pour travailler la neige et elle se conserve mieux. Ce site a été bien choisi il y a plus de cent ans alors on va réutiliser l’endroit, ajoute Séguin. 

L’homme de 55 ans se rendra à Camp Fortune avec un arpenteur et un autre ancien athlète, Pavol Skvaridlo, au cours des prochaines semaines. 

Son corps et ses skis sont parallèles. Sur fond de ciel bleu.

Un athlète fait un saut à ski.

Photo : Getty Images / technotr

On va arriver avec un rapport pour les propriétaires et la CCN pour que tout le monde soit content et que ce soit une situation gagnante, gagnante, gagnante.

Une citation de :Jean Séguin, ancien athlète et entraîneur de saut à ski

Un retour vers les belles années du saut à ski 

Le projet de ramener le saut à ski en Outaouais émane du désir de la Fédération internationale de ski de repopulariser ce sport au Canada. Les sites de saut sont peu nombreux au Canada.

Jean Séguin aurait aimé aménager une piste urbaine, près du Lac-des-Fées, mais il vivra très bien avec l’option du Camp Fortune, où il a dirigé un club, l’Envol, jusqu’en 1994. 

J’ai entraîné le club pendant environ 15 ans. J’étais fondateur du club. C’était dommage de le voir s’éteindre, mentionne Séguin. 

Jean Séguin effectue un saut lors d'une épreuve de saut à ski, dans les années 80.

L'ancien athlète en saut à ski, Jean Séguin, lors d'une épreuve dans les années 80

Photo : Courtoisie/Jean Séguin

Pour lui, la région représente un beau potentiel pour développer les skieurs de demain.

Je veux pas qu’on s’emballe tout de suite avec de gros tremplins de 90 m et 120. C’est vraiment de partir à la base, créer un programme de saut à ski qui aide la relève un jour, souligne celui qui était réserviste aux Jeux de Sarajevo et qui veut éviter de tomber trop rapidement dans le sport élite. 

On s’est trop concentré sur l’élite et les Jeux olympiques. Je veux créer une base pour garder le saut à ski. La relève va venir ensuite quand les jeunes vont nous démontrer qu’ils peuvent aller plus haut. Quand viendra le temps on bâtira de plus gros centres, conclut Séguin, fébrile, devant la possibilité de voir revivre son sport dès l’automne prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !