•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réouverture de la bulle atlantique officiellement repoussée jusqu'en mai

Un homme âgé assis au volant de sa voiture montre une pièce d'identité à une femme debout à côté du véhicule, portant une veste orange.

Un contrôle à la frontière entre le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard (archives).

Photo : La Presse canadienne / Brian McInnis

Radio-Canada

Le rétablissement de la bulle atlantique, prévu pour le 19 avril, n'aura finalement pas lieu avant le mois de mai. C'est ce qu'ont annoncé les premiers ministres des provinces de l'Atlantique en fin d'après-midi, mardi.

Compte tenu de la récente flambée des cas de COVID-19 dans certaines parties du Canada atlantique et de l'émergence de formes plus transmissibles du virus, le Conseil des premiers ministres de l'Atlantique a accepté de retarder la réouverture de la bulle de l'Atlantique d'au moins deux semaines, au 3 mai 2021, peut-on lire dans un communiqué de presse.

Les premiers ministres doivent se rencontrer à nouveau à la fin avril afin d'évaluer la situation. Ils pourraient alors décider de retarder l'ouverture des frontières au 10 mai.

La bulle atlantique signifie la libre circulation des résidents de ces quatre provinces d’une province à l’autre sans obligation de quarantaine. Elle a été en vigueur de juillet à novembre 2020.

Des agents en uniforme parlent à des automobilistes.

Des automobilistes font la file dans l'après-midi du 3 juillet 2020 pour entrer sur le pont de la Confédération, entre le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard (archives).

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc


Le Nouveau-Brunswick « vulnérable »

Le premier ministre Blaine Higgs n'a pas caché ses intentions lors d'un point de presse mardi après-midi.

Il a déclaré penser que nous ne serons plus en confinement [dans le Nord-Ouest] et que nous serons assurés que tout est sous contrôle [le 19 avril], c'est improbable, a-t-il déclaré.

Nous voulons voir plusieurs jours consécutifs sans nouveau cas. Nous sommes encore vulnérables, ajoute Blaine Higgs en précisant que la situation est inquiétante ailleurs en Atlantique et au pays.

Le Nouveau-Brunswick a imposé en fin de semaine un confinement complet dans la grande région d'Edmundston, aux prises avec une flambée de cas du variant britannique du virus. La santé publique de cette province, qui comptait mardi 132 cas actifs, a aussi indiqué que des cas précédemment annoncés avaient pour origine le variant sud-africain du virus.

Le premier ministre explique que les déplacements transfrontaliers sont à l'origine de la majorité des éclosions dans la province et que ces déplacements doivent être aussi sécuritaires que possible.


La Nouvelle-Écosse resserre ses frontières

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Iain Rankin, a déclaré en après-midi que sa province resserre ses règles à la frontière pour les Néo-Brunswickois

Il a annoncé que les visiteurs du Nouveau-Brunswick devront à nouveau s’isoler pendant deux semaines à leur arrivée en Nouvelle-Écosse à compter de jeudi matin à 8 h. Les résidents de la Nouvelle-Écosse qui vont au Nouveau-Brunswick devront aussi s’isoler pendant deux semaines à leur retour.

Le nombre de cas au Nouveau-Brunswick augmente, et la présence de variants [du coronavirus] a également été signalée dans la région de [Saint-Jean]. Par excès de prudence, nous avons décidé de rétablir les restrictions afin de contribuer à prévenir la propagation de la COVID-19, affirme le premier ministre Rankin, cité dans un communiqué.


L'Île-du-Prince-Édouard souhaite attendre 2 à 3 semaines

Le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, Dennis King, a lui aussi expliqué mardi que la situation de la COVID-19 au Canada et dans la région est changeante et inquiétante.

Je veux ouvrir la bulle atlantique, mais en même temps, notre travail est de garder les insulaires en sécurité, a indiqué Dennis King.

Le premier ministre écarte pour l'instant la possibilité d’ouvrir une bulle partielle excluant le Nouveau-Brunswick, en raison du lien physique entre l'île et cette province par le pont de la Confédération. On veut faire ça pour toute notre région, même si cela prend plus longtemps, a-t-il dit.

La Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste en chef de l’Île-du-Prince-Édouard, a d'ailleurs recommandé un report de deux à trois semaines de la réouverture de la bulle atlantique. Mes recommandations s'appuient sur les données épidémiologiques de la région atlantique et partout au pays, a-t-elle précisé.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

11 nouveaux cas en Atlantique

La Nouvelle-Écosse compte pour sa part six nouveaux cas de COVID-19 mardi, pour un total de 45 cas actifs à l’heure actuelle.

Quatre nouveaux cas se sont ajoutés mardi au bilan du Nouveau-Brunswick, pour un total de 132 cas actifs. Parmi les nouveaux cas, trois sont signalés dans la région d'Edmundston et l'autre, dans la région de Saint-Jean.

À Terre-Neuve-et-Labrador, un nouveau cas est signalé mardi, pour un total de onze cas actifs de COVID-19 sur le territoire.

L’Île-du-Prince-Édouard ne recense aucun nouveau cas, mardi, après en avoir signalé trois la veille, pour un total de six cas actifs à l'heure actuelle.

Avec des renseignements de Catherine Allard, Gabrielle Drumond et Pierre Philippe LeBlanc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !