•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Christopher Dégarie-Giroux reçoit une peine de 42 mois de prison pour agression sexuelle

Un marteau de juge devant une balance.

Christopher Dégarie-Giroux ne devra passer que 11 mois derrière les barreaux, en raison de sa détention préventive.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Christopher Dégarie-Giroux écope d'une peine de 42 mois de prison pour avoir agressé sexuellement une fillette de neuf ans dans les toilettes d'un restaurant McDonald's de Granby, en juillet 2019.

L'homme de 22 ans a reçu sa sentence, hier, au palais de justice de Sherbrooke. Il avait plaidé coupable en janvier 2020 de l'accusation d'agression sexuelle portée contre lui.

En plus de sa peine de prison, Christopher Dégarie-Giroux été déclaré délinquant dangereux à contrôler pour une période de six ans, et sera inscrit à vie au registre des délinquants sexuels.

Plusieurs modalités ont aussi été mises en place pour protéger le public.

Il lui sera notamment interdit d'accéder à internet, de communiquer avec la victime et de communiquer ou être en présence de personnes mineures, sauf sous supervision. De plus, Christopher Dégarie-Giroux devra effectuer un suivi médical et avoir des traitements pour limiter ses pulsions et sa libido. Il lui sera également interdit de posséder des armes à feu.

Le tribunal lui interdit aussi de consommer de la pornographie, qu'elle soit juvénile ou adulte, et de posséder ou visionner en tout ou en partie le film Halloween, ainsi que toute capture d'écran ou représentation de ce film.

Comme il a déjà purgé plusieurs mois en détention préventive, il ne devra que passer 11 mois derrière les barreaux. Il a été recommandé qu'il puisse purger sa peine à l'Établissement de détention de Percé, afin qu'il puisse accéder à une thérapie pour les délinquants sexuels.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !