•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des travailleurs sociaux ciblés dans le recrutement de conseillers scolaires à l'Î.-P.-É.

Un enfant lève le doigt dans une salle de classe.

Une salle de classe.

Photo : Reuters / Stephane Mahe

Les écoles de l’Île-du-Prince-Édouard se tournent de plus en plus vers les travailleurs sociaux pour pourvoir des postes de conseillers scolaires.

Selon les directions des écoles, il s’agit d’une mesure nécessaire pour contrer la pénurie de candidats admissibles pour ce type de poste dans la province.

Terri MacAdam, directrice au service aux élèves du Public Schools Branch, a déclaré que les écoles anglaises ont décidé désormais d’élargir les critères de sélection des candidats pour les postes de conseillers scolaires.

Terri MacAdam donne une entrevue.

Terri MacAdam, directrice au service aux élèves du Public Schools Branch.

Photo :  CBC / Nicola MacLeod

Lisa Marmen, directrice au service aux élèves de la Commission scolaire de langue française de l’île, explique que la commission avait élargi ses critères de recrutement des conseillers scolaires, bien avant que les écoles anglaises aient la même initiative.

Cela fait quatre ans qu’on cherche des professionnels dans ce domaine là, et puis c’est une pratique gagnante.

Une citation de :Lisa Marmen, directrice au service aux élèves de la Commission scolaire de langue française de l’île

Elle affirme que les changements dans le recrutement ont permis aux écoles françaises d’avoir une palette de professionnelles avec des formations variées.

Lorsqu’on fait du travail d’équipe, parce qu’on est quand même un petit groupe, on peut valoriser les forces de chacune des formations, ajoute-t-elle.

Les personnes ayant une formation en travail social doivent aussi détenir une maîtrise dans le domaine pour exercer le métier de conseiller scolaire.

La situation des écoles

À l’heure actuelle, les six écoles françaises de l’île comptent trois conseillers scolaires. Dans les écoles anglaises, 40 des 62 établissements d'enseignement ont un professionnel de ce domaine à temps plein.

Selon Lisa Marmen, de la CSLF, les conseillers offrant leurs services dans le réseau francophone sont issus des domaines de l’éducation, de la psychologie et du travail social. Chacun des conseillers s’occupe à la fois de plus d’une école.

Lisa Marmen rappelle qu’un poste de conseiller scolaire reste toujours vacant au réseau francophone. Selon elle, des enseignants les plus expérimentés sont remaniés à tour de rôle afin de combler les besoins en orientation des jeunes plus âgés.

Le centre d'éducation Évangéline.

L'école Évangéline est l'une des six écoles françaises de l'île. (ARCHIVES)

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Terri MacAdam, directrice au service aux élèves du Public Schools Branch, le réseau anglophone, affirme que les comités de recrutement donnent toujours la priorité aux candidats ayant une formation en éducation.

Elle explique néanmoins que pour atteindre l’objectif d’avoir un conseiller à temps plein dans chaque école, il était nécessaire de modifier les critères de recrutement.

Nous ne voulons pas laisser les écoles sans soutien, a-t-elle déclaré.

Selon le PBS, la demande pour des services des conseillers scolaires a augmenté depuis le début de la pandémie. Terri MacAdam explique que le réseau scolaire a constaté un niveau d’anxiété plus élevé chez les élèves.

Bruce Davison donne une entrevue.

Bruce Davison, président de l’Association des travailleurs sociaux de l’Île-du-Prince-Édouard.

Photo :  CBC / Zoom

Une pénurie de travailleurs sociaux

Selon Bruce Davison, président de l’Association des travailleurs sociaux de l’Île-du-Prince-Édouard, le recrutement de cette catégorie de professionnels approche un niveau de crise dans la province.

Il explique que la pénurie de main-d’œuvre rend aussi plus difficile le recrutement au sein du gouvernement.

Nous avons certaines limites [dans l’offre de professionnels] et nous n’avons pas été en mesure de remplir tous les postes.

Une citation de :Bruce Davison, président de l’Association des travailleurs sociaux de l’Île-du-Prince-Édouard.

Une quarantaine de postes de travailleurs sociaux sont toujours vacants dans les ministères du gouvernement de la province, selon lui.

Bruce Davison a également déclaré que la création d’une école de travail social à l’île pourrait former davantage de professionnels et résoudre le problème de la province.

Dans son budget 2021-2022, la province prévoit des fonds pour ajouter 12 nouveaux postes de conseillers scolaires, mais le projet doit encore être approuvé par l’Assemblée législative.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !