•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les garderies de l'Ontario, encore ouvertes, devront-elles fermer bientôt?

Une éducatrice attablée à côté d'une fillette dans une garderie.

L'Ontario compte présentement 420 garderies avec un cas actif de COVID-19, ce qui représente 7,95 % de l'ensemble des établissements.

Photo : Getty Images / FatCamera

Radio-Canada

Après la fermeture des écoles, est-ce que ce sera le tour des garderies? Dans le contexte d'aggravation pandémique, il faudrait apporter d'importantes améliorations à la sécurité, notamment un accès prioritaire aux vaccins pour les éducateurs si l’on veut que les garderies restent ouvertes, défendent des travailleurs et des porte-paroles du secteur.

Plusieurs d’entre eux affirment que la fermeture des garderies risque d’être inévitable en Ontario, en particulier dans les villes où le virus se propage plus sévèrement.

Ils finiront par devoir les fermer au rythme où les variants se développent, prédit Amy O'Neil, directrice de la garderie Treetop Children's Centre, dans le centre de Toronto.

Mme O'Neil a reçu l'ordre de fermer les portes de son établissement par la santé publique de Toronto, en raison d'une éclosion. Et elle n’est pas la seule dans ce cas-là.

Les fermetures et les contaminations se multiplient dans les garderies, qui ont été autorisées à rouvrir leurs portes en juin 2020 après une fermeture imposée durant les premiers mois de la pandémie.

Depuis, 510 établissements ont été contraints de cesser de recevoir les enfants. Selon les chiffres provinciaux, environ 25 % de ces fermetures ont eu lieu au cours des 14 derniers jours.

Contaminations insidieuses

Les variants préoccupants n'épargnent pas les plus jeunes, prévient Colin Furness, épidémiologiste spécialisé dans le contrôle des infections à l'Université de Toronto.

Bien qu’ils aient tendance à ne pas être très malades, les plus jeunes contaminent ensuite leur entourage, explique Colin Furness.

Les écoles de l'Ontario comptent toujours une proportion beaucoup plus élevée de contamination que les garderies.

Dans 1300 écoles, au moins un cas de COVID-19 a été signalé, ce qui représente 26,93 % de toutes les écoles alors que 7,95 % de l'ensemble des garderies ont été affectés (420 en tout).

Les éducateurs prioritaires pour la vaccination

Parmi les revendications mises en avant, l’accès prioritaire aux vaccins pour les éducateurs de la petite enfance qui font partie des travailleurs essentiels admissibles à la phase 2 du plan de vaccination de l'Ontario.

Ces plans ont été modifiés pour donner aux enseignants et aux travailleurs de l'éducation spécialisée des quartiers sensibles un accès prioritaire aux vaccins pendant la semaine de relâche, mais les éducateurs de la petite enfance n'ont pas été inclus.

Je pense que cette décision est inéquitable. Elle est injuste, dénonce Abigail Doris, coordinatrice exécutive de la Toronto Community for Better Child Care.

Le fait que certains professionnels de l'éducation soient vaccinés et que d'autres ne le soient pas creuse un fossé dans la façon dont nous créons vraiment des espaces sûrs pour les enfants.

Une citation de :Abigail Doris, coordinatrice exécutive de la Toronto Community for Better Child Care

Dans un courriel adressé à CBC, le ministre de l'Éducation Stephen Lecce a précisé que les travailleurs des services de garde d'enfants dans les quartiers particulièrement touchés par la pandémie auront accès à la vaccination cette semaine.

Il a également suggéré que les travailleurs en garderie qui ne sont pas actuellement admissibles pourraient être placés dans la file d'attente lorsque les stocks de vaccins seront plus importants.

D’autres intervenants du secteur de la petite enfance demandent une réduction de la taille des effectifs, dans les garderies, et défendent la mise en place de congés de maladie payés.

Avec les informations de Nick Boisvert, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !