•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sherbrooke donne son aval au centre de traitement des dépendances de la Fondation Robert Piché

Le commandant Robert Piché

Le commandant Robert Piché

Photo : Radio-Canada / Julie Mainville | Radio-Canada

Radio-Canada

Le conseil municipal de Sherbrooke a accepté de modifier son règlement de zonage et de lotissement pour permettre à la Fondation Robert Piché d’aller de l’avant avec le projet de centre de traitement des dépendances.

La fondation souhaite utiliser le bâtiment des Pères Blancs d’Afrique dans l’arrondissement de Lennoxville pour y ouvrir son centre. Celui-ci est vacant depuis le départ des religieux il y a 18 mois.

Or, le règlement de zonage ne permettait pas l’usage ressource d’hébergement temporaire pour fins d’aide et maison de convalescence, ainsi que ressource d’hébergement supervisé pour réinsertion dans ce secteur.

Les élus ont toutefois accepté d’ajouter ces usages. C’est une bonne nouvelle en terme urbanistique parce qu’on sait que les bâtiments religieux sont très difficiles à reconvertir, a déclaré le président du comité consultatif d’urbanisme, Vincent Boutin, lors de la séance du conseil municipal.

M. Boutin s’est toutefois dit conscient que certains enjeux ont été soulevés concernant le nombre de maisons de ressourcement à Sherbrooke. Au même titre que pour le privé, on ne prend pas en compte la compétition, a-t-il mentionné. On ne se mêle pas de cela.

Le conseiller du district de Lennoxville, Claude Charron, a quant à lui voulu rassurer certains citoyens préoccupés par le projet. Il n’y aura aucune modification du bâtiment et le boisé va demeurer tel quel, a-t-il affirmé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !