•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ancien repaire des Hells : Sherbrooke refuse d’acheter le terrain à l’État

Vue du bunker des Hells Angels de Sherbrooke à travers une clôture industrielle

Le bunker des Hells Angels de Sherbrooke

Photo : Radio-Canada / ICI Estrie/Carl Marchand

Radio-Canada

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a demandé à la Ville de Sherbrooke d’acheter le terrain de l’ancien repaire des Hells pour 538 000 $. Une proposition qui a été refusée par la Ville lors de la séance du conseil municipal de lundi (12 avril 2021). Le maire de Sherbrooke espère maintenant que le DPCP fera don du terrain à la Ville.

L’État est devenu propriétaire de l’ancien repaire des Hells Angels en 2020, après une saga judiciaire de 11 ans.

Le DPCP souhaitait que la Ville de Sherbrooke achète le terrain et assume le coût de démolition des bâtiments. Les élus ont toutefois décliné l’offre, même s’ils ne cachent pas leur intérêt pour la propriété.

Le conseil municipal ne souhaite d'ailleurs pas qu’un promoteur privé effectue du développement immobilier dans le secteur. C’est pour cette raison que le règlement de zonage a été modifié récemment pour que seuls les usages du groupe Conservation du milieu naturel soient autorisés.

Impossible d’y développer des projets immobiliers, selon la Ville

Le président du comité consultatif d’urbanisme, Vincent Boutin, a souligné la sagesse des élus dans ce dossier.

S’il y a une vente éventuelle à un privé, à l’heure actuelle, le zonage ne permet pas de développement domiciliaire commercial ou résidentiel, a-t-il déclaré lors de la séance du conseil municipal de lundi.

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, espère que le DPCP donnera le terrain à la Ville. Il doute qu’un promoteur soit intéressé à se porter acquéreur dans les circonstances. J’espère que le DPCP va donner le terrain à la Ville de Sherbrooke, a-t-il expliqué en entrevue. J’ai espoir qu’on pourra obtenir le terrain. On refuse l’offre et on verra ce que le DPCP fera avec notre résolution.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !