•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fermeture temporaire du D-Vert liée à un rassemblement après le couvre-feu

Un mur d'escalade

Le centre d'escalade D-Vert, à Magog

Photo : Radio-Canada / Marion Bérubé

Radio-Canada

Vendredi, la santé publique de l’Estrie a ordonné la fermeture du nouveau centre sportif D-Vert jusqu'au 16 avril pour non-respect des mesures sanitaires. Lundi, la Régie de police de Memphrémagog a fait savoir que cette décision était liée à un rassemblement qui a eu lieu dans l'établissement après le couvre-feu le 26 mars.

Après 22 h ce soir-là, les policiers ont reçu une plainte liée à de la musique forte qui émanait du centre d'escalade magogois. Sur place, ils ont constaté que huit personnes étaient encore sur les lieux malgré le couvre-feu en vigueur.

Selon un communiqué de presse de la Police de Memphrémagog, des individus sur place avaient consommé de l’alcool.

À la suite de cet incident, les policiers ont contacté la santé publique. Carl Pépin, lieutenant à la Gendarmerie de la Régie de police de Memphrémagog, dit espérer que des leçons soient tirées de la fermeture temporaire de l'établissement.

On est très content que celle-ci [la santé publique] prenne un peu plus de mordant pour fermer les établissements. C’est un nombre minime d’établissements qui contourne les règles, mais malheureusement, il y a une infime partie qui s’amuse à contourner les règles, et ceux-là, on veut s’assurer que la santé publique est au courant. S’il y a lieu de les fermer, on va les assister en tout temps, souligne-t-il.

Le sergent Carl Pépin

Le sergent Carl Pépin, porte-parole de la Régie de police de Memphrémagog

Photo : Radio-Canada / Marion Bérubé

Un événement isolé

Vincent Ouellet, propriétaire du D-Vert, assure que le rassemblement n’était pas planifié.

Le 26 mars, on faisait une journée d’ouverture [...] Lorsque tous les clients étaient partis du D-Vert, moi et ma blonde, on l’a échappé pendant que notre staff faisait les caisses et nettoyait. Ça fait depuis plusieurs années qu’on travaille là-dessus [l'ouverture du centre d'escalade]… Ma blonde a mis la musique trop fort et la police est rentrée vers 10 h 20 dans l’établissement et n’était pas contente qu’on soit encore là après le couvre-feu, dit-il.

C’est un événement isolé qui est arrivé, mais ce n’est pas un party planifié [...]. On était en ouverture, et on a dépassé l’heure du couvre-feu.

Une citation de :Vincent Ouellet, propriétaire du D-Vert

J’admets l’erreur, mais c’est humain. Après tant d’efforts, on aurait dû aller célébrer à la maison, ajoute-t-il. 

Toujours selon lui, comme le centre d’escalade venait d’ouvrir, le personnel sur place ne connaissait pas encore bien les caisses, ce qui a allongé le processus de fermeture.

Depuis ce temps-là, on s’est ajusté : les caisses se font le lendemain matin par mon équipe de direction. À 9 h, le système de musique s’arrête, les lumières s’allument comme dans le jour pour que les clients et le staff puissent partir à temps pour respecter le couvre-feu, explique-t-il.

Depuis l’incident, des représentants de la santé publique ont visité l’établissement à plusieurs reprises. Vincent Ouellet assure collaborer avec eux, en espérant pouvoir rouvrir la fin de semaine prochaine.

Avec les informations de Marion Bérubé

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !